Concomitances pertinentes au sujet de la Voie Sèche ou Voie Directe de l’Alchimie

Concomitances pertinentes au sujet de la Voie Sèche ou Voie Directe de l’Alchimie 850 480 V.M. Kwen Khan Khu

Concomitances pertinentes au sujet de la voie sèche ou voie directe de l’alchimie

Chers lecteurs :

Je vous fais parvenir ces réflexions concernant :

CONCOMITANCES PERTINENTES AU SUJET DE LA VOIE SÈCHE OU VOIE DIRECTE DE L’ALCHIMIE

Quand nous lisons les œuvres du Père du Gnosticisme contemporain : le V.M. Samael Aun Weor, et, surtout, celles qui concernent la NAISSANCE SPIRITUELLE comme l’un des trois facteurs de la Révolution de la Conscience, nous découvrons alors la science secrète et sacrée de l’Alchimie. Dans cette science, deux voies d’expérimentation sont exposées pour le dévot intéressé à acquérir sa renaissance spirituelle ou Pierre Philosophale. Beaucoup de Maîtres de l’art transmutatoire de l’antiquité s’étaient déjà prononcés à ce sujet en faisant allusion à une série de détails à prendre en compte quand on décide de marcher vers la confection du Grand Œuvre intérieur…  .

Même l’alchimiste qui vécut au début du XXe siècle, appelé Fulcanelli, dans son œuvre Les demeures philosophales, écrivit sur la Voie Sèche la chose suivante :

« Mais à l’inverse de la voie humide, dont les ustensiles de verre permettent le contrôle facile et l’observation juste, la Voie Sèche  ne peut éclairer l’opérateur, à quelque moment qu’il en soit du travail [c’est-à-dire : le dévot reçoit très peu d’information sur la marche des travaux]. Aussi, quoique le facteur temps, réduit au minimum, constitue un avantage sérieux dans la pratique de  l’Ars Brevis, en revanche, la nécessité des hautes températures présente le grave inconvénient d’une incertitude absolue quant à la marche des opérations. Tout se passe dans le plus profond mystère à l’intérieur du creuset [c’est-à-dire : la sexualité]soigneusement clos, enfoui au centre des charbons incandescents. Il importe donc d’être très expérimenté, de bien connaître la conduite et la puissance du feu, puisqu’on ne saurait, du commencement à la fin, y découvrir la moindre indication. Toutes les réactions caractéristiques de la Voie Humide [c’est-à-dire : Nirvanique] étant indiquées chez les auteurs classiques, il est possible à l’artiste studieux d’acquérir les points de repère assez précis pour l’autoriser à entreprendre son long et pénible ouvrage. Ici, au contraire, c’est dépourvu de tout guide que le voyageur, hardi jusqu’à la témérité, s’engage en ce désert aride et brûlé. Nulle route tracée, nul indice, nul jalon ; rien que l’inertie apparente de la terre, de la roche, du sable. Le brillant kaléidoscope des phases colorées n’égaie point sa marche [c’est-à-dire : les expériences astrales ne l’informent même pas sur son chemin] indécise ; c’est en aveugle qu’il poursuit son chemin, sans autre certitude que celle de sa foi, sans autre espoir que sa confiance en la miséricorde divine…».

Il est indiscutable, patient lecteur, que les enseignements remis par notre Avatar, selon ce qu’il a lui-même souligné, appartiennent à la Voie Directe ou Voie Sèche que nous venons d’exposer dans les lignes précédentes. Il s’agit donc d’une voie dans laquelle nous devrons vivre tous les processus montrés par le Grand Kabîr de Galilée en une seule existence… Et cela s’avère très douloureux. Cela, il faut en tenir compte.

Quand votre serviteur commença la levée de ses Serpents de Feu, au niveau du serpent lié à mon véhicule ASTRAL, l’Adepte qui opéra la cérémonie qui indiquait la fin du trajet de ce serpent me dit la chose suivante lors de ce rituel :

─Vous devez savoir que tous vos processus, tout au long de toute votre vie, seront accompagnés de PEINES MORALES ! ─ Et il ajouta : ─ Êtes-vous prêt à les vivre ?

Ma réponse fut immédiate :

─Oui, je suis prêt !!! ─ tout en sachant ce qui m’attendait…

Cela s’intensifia terriblement quand mon Être Réel prit la décision de marcher sur la Voie Sèche. Je dus alors m’habituer au mélange de vivre ces mystères toujours accompagné de douleur, de douleur et d’encore plus de douleur.

Cependant, voici une question, lecteurs et lectrices : pourquoi doit-il en être ainsi, de cette manière si tortueuse ?

Réponse : eh bien, simplement parce que la Voie Directe cherche à nous sortir de l’épouvantable roue des naissances et des morts ─ c’est-à-dire : Samsara ─,et pour ce faire nous devons abandonner la scène cosmique pour être établis dans l’AIN SOPH de la Kabbale. C’est ce qui s’appelle la Libération intérieure…

Évidemment, illustre lecteur, c’est le Père de toutes les Lumières qui doit décider quelle voie alchimique nous vivrons ; nous, nous devons simplement obéir…, c’est tout.

Ainsi, nous devons nous préparer profondément, de manière psychologique, pour affronter les défis que ce Chemin hermétique nous réserve.

À cet effet, nous devons savoir qu’à mesure que nous avançons dans cette traversée, nous traverserons agonie après agonie, et cela nous paraîtra, à un certain moment, comme quelque chose d’INTERMINABLE…

Nous serons dépouillés de liens et de forces affectives qui nous lient à des choses et à des personnes, et tous ces détachements provoqueront dans nos chairs psychologiques et animiques des douleurs épouvantables et des amertumes profondes de manière constante…

Si je vous écris toutes ces choses, c’est seulement dans le but de vous avertir sur ce sentier calamiteux qui est, cependant, le seul réel et vrai qui nous connectera à notre Père qui est en secret.

Il ne s’avèrera donc pas étrange que ceux qui ont des enfants expérimenteront probablement, dans le cadre de leur chemin de croix, le fait de devoir voir leurs propres descendants transformés en leurs propres Judas ; ou peut-être devrez-vous affronter la triste réalité de voir que vos propres compagnons de chemin jusqu’à un point, ensuite NE VOUS COMPRENNENT PLUS parce qu’ils auront pris la Voie Humide ─ Nirvanique ─ et vous peut-être la Voie Sèche… Tout cela sont des aspects auxquels il est nécessaire de réfléchir car une fois embarqués dans la barque de la science alchimique, il n’y a pas de retour en arrière possible…….

L’angoisse, l’anxiété, l’incertitude, seront les compagnes de tous ceux qui, voulant faire un bon travail intérieur dans la Voie Sèche, craignent de marcher sur des chemins erronés. Pour comble du comble, notre Patriarche, le V.M. Samael Aun Weor, l’a déjà dit dans ses œuvres : « Dans ce Chemin Secret, quand on croit qu’on va très bien il s’avère qu’on va très mal, et quand nous croyons que nous allons très mal, alors il est probable que nous marchions très bien !!! ».

Les choses sont ainsi, chers amis !

C’est pour cela que pour triompher dans le dénommé GRAND ŒUVRE INTÉRIEUR il est nécessaire de se blinder contre les ennemis secrets internes ─ les agrégats psychologiques indésirables ─ et externes ─ comme la Loge Noire ─, et à cette fin la prière à notre Divine Mère et à notre Père, qui sont tous les deux en secret, est nécessaire. Tout cela renforcera notre FOI et celle-ci sera, dans cette route incertaine, notre guide, notre phare de lumière, notre étoile lumineuse qui marquera à tout moment le Nord dans notre voyage vers l’ÊTRE…

Permettez-moi de vous laisser quelques phrases pour votre réflexion :

« Quand la vie donne des facultés, elle donne avec elles des responsabilités ».
Rómulo Gallegos

« Il y a un temps pour tout, un temps pour chaque chose sous les cieux ».
Ecclésiaste

« Il n’y a pas de personne sage sans foi ».
Tertullien

« L’homme de foi est éternel dans son espoir ».
Lucas Fernández de Ayala

QUEN QUINEQUIS, QUEN QUI MANES, IN XOCHITL IN CUICATEL.
─‘C’est seulement du ciel que descendent les fleurs, c’est seulement du ciel que descendent les vertus’─.
Proverbe nahua

KWEN KHAN KHU