Le mystère qui entoure la femme

Le mystère qui entoure la femme 850 480 V.M. Kwen Khan Khu

Très chers lecteurs et lectrices :

C’est rempli d’émotion que je vous envoie quelques lignes pour tenter d’éclaircir :

LE MYSTÈRE QUI ENTOURE LA FEMME

FEMME : Le plus grand mystère de la création. Fille de la séparation de l’androgynisme survenue dans la Lémurie. Dieu a voulu que tu sois détentrice de la qualité d’ENGENDRER, tandis qu’il a octroyé à l’homme cette autre de FÉCONDER. Tu as été le reflet fidèle de celle qui fut ta mère originelle, appelée PRAKRITI par les hindous et NUT par les égyptiens.

Tu as toujours été notre premier foyer, car tu nous as faits et façonnés dans ton ventre maternel pour ensuite nous nourrir de tes seins sacrés…  

Tu fais partie de la Mère Nature et c’est pourquoi elle t’a offert nombre de ses charmes. Ta voix est douce et délicieuse comme le chant des oiseaux. Ta peau est aussi candide et tendre que les petites fleurs de la forêt. Tu es dotée des hormones qui te permettent de SAVOIR AIMER au-delà de ce que les hommes conçoivent en tant qu’AMOUR.

Tu es et restes l’élément récepteur de la race humaine. Cela t’octroie des capacités spéciales qui te permettent de prévoir les évènements futurs et de trouver des solutions à nombre de labyrinthes complexes. De manière innée, la MÈRE COSMIQUE t’a offert un trésor : L’INTUITION, non seulement pour te défendre, mais pour prendre soin de tous les tiens qui dépendent de toi.

Tu as le double don qui te permet de séduire pour créer et d’AIMER pour générer et conserver ce qui est créé. Quand tu le veux, tu es dotée de la qualité qui te rend mystique et tu te rapproches ainsi de tes propres origines spirituelles. Si tu cultives certaines qualités spéciales ─ abnégation, virtuosité, hermétisme, compréhension, humilité, chasteté et fidélité ─ tu finis par coaguler à l’intérieur de toi les forces de Dieu Mère.

Le cours de l’histoire et la propagation de l’Ego ont bouleversé ton vrai rôle et ta vraie image. Le pseudo-homme, détaché de son ÊTRE INTÉRIEUR, t’a transformée en disgrâce et t’a convertie en la MÉDUSE grecque pour satisfaire ses appétits bestiaux. Ta dignité a été piétinée surtout dans le présent Kali Yuga, durant lequel on a voulu te dépouiller de tes valeurs éternelles et te réduire à un simple instrument de plaisir. On a prétendu te transformer en une étoile inversée pour que les pseudo-hommes ne reconnaissent justement pas en toi la représentation de la majesté de Dieu revêtu d’amour.

Les vrais hommes avec une âme ─ poètes, peintres, musiciens transcendantaux, philosophes, mystiques, etc., etc.─ ont su voir en toi la manifestation de DIEU sous son aspect miséricordieux, magnifiquement mystérieux et profond, et ils nous ont légué leurs compréhensions par des toiles, des poèmes, des opéras, des symphonies, des sculptures et des récits extraordinaires qui touchent notre âme. 

Tous les Dieux de toutes les mythologies naissent de ton ventre. Même Zeus ne put résister à tes charmes et a toujours aimé engendrer en toi la lignée de ceux qui ont formé le PANTHÉON GREC, ÉGYPTIEN OU ROMAIN.

Quand nous sommes enfants, nous nous sentons abrités par tes caresses et tes soins incessants, et quand nous vieillissons nous sommes remplis de souvenirs ineffables de tout ce que le destin a voulu nous donner à travers toi. Ta nature même te permet de posséder un joyau que nous appelons PATIENCE, avec lequel tu as supporté, maintes fois, la dure charge familiale, très souvent en recevant en échange les conséquences de l’INGRATITUDE ET DU MÉPRIS de ton propre époux ou de tes propres enfants.

Tu es déjà un ornement, le plus attrayant, dans n’importe quelle maison. Tu es, a été et seras le chemin de retour au paradis perdu, car tu es toujours la clé secrète pour ouvrir toutes les portes, du CIEL ou de l’ABÎME.

Aujourd’hui je t’honore avec mes humbles vers et je m’exclame de toutes les forces de mon Esprit :

Salve, Nut, lumière des cieux !

Salve, toi, Prakriti germinale et atomique !

Salve, bénie Stella Maris, sauveuse de notre âme !

Salve, ô, ISIS, protectrice des fils du feu !

Salve, Minerve, je loue ta sagesse éternelle !

Salve, Athéna, gardienne des sanctuaires !

Salve, Hécate, Proserpine, unique en tant que Mère Mort !

Salve, toi, maîtresse du palais aux murs transparents !

Salve, Devi-Kundalini, reine du feu inextinguible !

Nous, ces quelques-uns qui comprenons ta grandeur et ta splendeur,

ne t’oublierons jamais et ne voudrons jamais nous éloigner de ta grâce infinie !

Oremus…..

Permettez-moi de vous offrir maintenant quelques phrases liées à cette sainte thématique :

« Méprisons celui dont l’âme ne s’élève pas plus haut que le vol d’un oiseau ».
Shakespeare

« Les esprits vulgaires n’ont pas de destin ».
Platon

« Il n’est pas vraiment facile d’être quelque chose, sauf d’être vulgaire ».
Bernard Shaw

« La vulgarité malicieuse vit et règne parmi les méchants ».
Gracián

« Qu’est-ce que la vulgarité ? La dictature de l’égoïsme, la servitude de la routine et l’indifférence pour les grandes choses ».
Francisco Giner de los Ríos

« La femme est la plus belle pensée du Créateur faite chair ».
Samael Aun Weor

CITO MORS RUIT.
─‘La mort marche vite’─.
KWEN KHAN KHU

*

code