Où se trouvent les tombes des douze apôtres de Jésus ?

Où se trouvent les tombes des douze apôtres de Jésus ? 850 480 V.M. Kwen Khan Khu

Chers lecteurs :

À cette occasion, je veux vous faire parvenir un article que je considère grandiose, hautement historique par son contenu et particulièrement gnostique pour se référer à la mort qu’ont trouvée les douze apôtres disciples du V.M. Aberamentho.

Cet article ajoute le lieu où finalement se trouvaient leurs tombes contenant leurs os et reliques.

Ce qui est intéressant, chers amis, c’est qu’à mesure que nous lisons la manière dont ces VRAIS HOMMES furent martyrisés par les foules inconscientes, nous nous rendons compte de l’étonnante FOI et CONVICTION que ces êtres sont arrivés à avoir dans leurs intérieurs animiques et leur loyauté suprême envers celui qui fut leur Maître, Gourou et Précepteur.

Sans plus, cher lecteur, je t’invite à la lecture de ces histoires intéressantes qui méritent d’être portées à la réflexion et à la méditation :

OÙ SE TROUVENT LES TOMBES DES DOUZE APÔTRES DE JÉSUS ?

« Un article du National Catholic Register rapportait les endroits où, avec une plus grande certitude et sur la base des investigations des archéologues, les tombes des 12 apôtres seraient trouvées.

Les douze apôtres sont : Simon, appelé Pierre, et son frère André ; Jacques le Majeur ─ fils de Zébédée ─ et son frère Jean ; Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; saint Jacques le Mineur ─ fils d’Alphée ─ ; Simon le Cananéen, Judas Thaddée et Judas Iscariote, qui livra Jésus. En remplacement de ce dernier, Matthias a été nommé plus tard.

Saint Pierre

L’article de l’auteur Thomas Craughwell indique qu’au cours des 100 dernières années, les archéologues ont presque confirmé l’emplacement des tombes de saint Pierre, saint Paul et saint Jean.

Vers l’an 64, saint Pierre a été crucifié à l’envers par Néron sur la colline du Vatican. Les chrétiens ont récupéré son corps et l’ont enterré dans un cimetière voisin. Vers l’an 326, l’empereur Constantin a nivelé ce qui restait du sable et de la colline et érigé une grande basilique avec le maître-autel placé au-dessus du tombeau de saint Pierre. Mais après des siècles de restaurations et de reconstructions, l’emplacement de la tombe a été perdu. La tradition a continué à insister sur le fait que les os de Pierre se trouvaient sous le maître-autel de sa basilique, mais personne ne les avait vus depuis des siècles. En 1939, des ouvriers creusaient une tombe pour le pape Pie XI dans les grottes sous Saint Pierre, quand l’un d’eux sentit que sa pelle ne trouvait plus de terre. En passant une lampe de poche à travers le trou, l’équipe a vu l’intérieur d’un mausolée du IIe siècle. L’exploration a révélé une nécropole romaine entière et parfaitement conservée qui a été couverte à la demande de Constantin. Juste en dessous du maître-autel de Saint Pierre, les archéologues ont trouvé une simple tombe qui contenait les os d’un homme robuste et âgé. Sur le mur de la tombe ont été trouvés d’innombrables prières et pétitions à saint Pierre, ainsi qu’une inscription grecque qui disait : « Pierre est à l’intérieur ». Après des années d’études, saint Paul VI a déclaré en 1968 que les ossements de ce tombeau appartenaient à saint Pierre.

Saint Jean

La tradition indique que saint Jean l’Evangéliste est mort à Éphèse, dans ce qui est aujourd’hui la Turquie, vers l’an 100. Au IVe siècle, après que Constantin eut mis fin à la persécution contre l’Église, les chrétiens d’Éphèse construisirent une chapelle au-dessus de la tombe de l’apôtre. Au Ve siècle, l’empereur Justinien a remplacé la chapelle par une grande basilique. Après la conquête de la région par les Turcs, la basilique a été transformée en mosquée, qui à son tour a été détruite par Tamerlan en 1402. Dans la décennie de 1920, des équipes archéologiques de Grèce et d’Autriche ont fouillé les restes de la basilique et trouvé à l’intérieur la tombe de saint Jean. Le tombeau était vide et personne ne sait ce qu’il est advenu du corps de l’apôtre.

Saint André

Saint André, le premier homme que le Christ a appelé à être apôtre, était le frère de saint Pierre. On dit qu’ensuite, après l’ascension du Christ au Ciel, André a apporté l’évangile dans les terres qui sont maintenant la Russie et l’Ukraine. Puis, dans sa vieillesse, il a voyagé en Grèce, où il a été martyrisé dans la ville de Patras. Les chrétiens locaux l’ont enterré là-bas, mais en 357, la plupart de ses os ont été transférés à Constantinople. En 1204, les croisés italiens ont pillé le sanctuaire de saint André et ont apporté ses reliques à Amalfi, où elles restent à ce jour.

En 1964, saint Paul VI a rendu certaines des reliques d’André à l’Église orthodoxe grecque, et elles sont à nouveau contenues dans la basilique construite sur ce que l’on pense être le tombeau originel de l’apôtre.

Jacques le Majeur

En 44, Jacques le Majeur, frère de saint Jean, fut martyrisé à Jérusalem, étant le premier des apôtres à donner sa vie pour la foi catholique. Selon la tradition, son corps a été miraculeusement transporté dans le nord de l’Espagne et enterré dans un cimetière chrétien ─ les Espagnols pensent que pendant les voyages missionnaires de Jacques à travers la Méditerranée, il a prêché l’Évangile en Espagne ─.

Une légende populaire dit que les reliques de l’apôtre y ont été laissées, oubliées, jusqu’en 814, lorsqu’un ermite nommé Pelayo a suivi une étoile dans un champ ouvert et a découvert les restes de l’apôtre. Aujourd’hui, ils sont conservés dans la cathédrale de saint Jacques à Saint-Jacques-de-Compostelle. Curieusement, sous la cathédrale, les archéologues ont trouvé un cimetière chrétien du premier siècle.

Jacques le Mineur

Jacques le Mineur a été le premier évêque de Jérusalem et y a été martyrisé : jeté du toit du temple et, comme il était encore vivant, il a été battu et lapidé à mort. Selon la tradition, Jacques a été enterré sur le mont des Oliviers, surplombant Jérusalem. Au VIe siècle, l’empereur Justinien II transféra ses reliques à Constantinople. À un moment donné, certaines ou peut-être toutes les reliques de Jacques ont été transférées à l’église des douze apôtres à Rome, où elles se trouvent aujourd’hui dans le même sanctuaire avec les reliques de son compagnon apôtre, saint Philippe.

Saint Philippe

En juillet 2011, des archéologues travaillant en Turquie ont annoncé avoir découvert ce qu’ils croyaient être la tombe initiale de saint Philippe. Le sarcophage romain du 1er siècle a été retrouvé dans les ruines d’une église du IVe ou Ve siècle dédiée à l’apôtre. Selon une tradition enregistrée dans le document apocryphe du IVe siècle, connu sous le nom des Actes de Philippe, vers les années 80, l’apôtre a été arrêté à Hiérapolis, cloué les pieds sur un arbre, le visage contre terre, et finalement décapité.

Le site de la tombe de saint Philippe est devenu un lieu de pèlerinage et les archéologues ont découvert le chemin qui menait au Martyrium ou sanctuaire des martyrs. Le sanctuaire a été détruit au VIIe siècle par un violent tremblement de terre et un incendie ; les reliques de saint Philippe furent transférées à Constantinople et de là à Rome, où elles furent conservées avec les reliques de saint Jacques le Mineur dans l’église des douze apôtres.

Lorsque les archéologues ont ouvert le sarcophage de Hiérapolis, ils n’ont trouvé aucun os humain dans la tombe, il est donc possible que les restes de saint Philippe soient conservés dans la crypte des douze apôtres à Rome.

Thomas, Barthélemy, Matthieu, Simon et Judas Thaddée, et Matthias

La tradition ancienne dit que saint Thomas a voyagé plus loin que tous les autres apôtres, prêchant l’Évangile en Inde, où il a été martyrisé par un prêtre hindou qui l’a transpercé avec une lance. Aujourd’hui, une partie des ossements de saint Thomas est vénérée dans la Basilique Saint-Thomas de Chennai ─ Inde ─. D’une manière ou d’une autre, la plupart de ses restes ont été transportés à Édessa en Mésopotamie. En 1258, ces reliques ont été transportées à Ortona ─ Italie ─, où elles se trouvent dans un coffre en or à l’intérieur d’un autel en marbre blanc de la basilique de saint Thomas l’Apôtre.

On raconte qu’après la Pentecôte, saint Barthélemy a amené le christianisme en Arménie, où il a été martyrisé après avoir été écorché vif. En 809, les reliques de saint Barthélemy sont transférées de sa tombe en Arménie, à Lipar, puis en 838 à Bénévent, dans le sud de l’Italie. En 983, l’empereur romain Otto III a érigé une église à Rome sur l’île de Tibérine, sur le Tibre ; il a dédié l’église à saint Barthélemy et y conservait une partie des reliques de l’apôtre. Ainsi, Rome et Bénévent sont les principaux sanctuaires de saint Barthélemy.

Le collecteur d’impôts devenu évangéliste, saint Matthieu, a prêché en Éthiopie, où il a été martyrisé quand il célébrait la messe. En 954, les reliques de saint Matthieu ont été transférées de sa tombe en Éthiopie à la ville de Salerne en Italie. Les reliques sont vénérées dans la crypte de la cathédrale de Saint-Matthieu de Salerne.

Chaque année, des millions de pèlerins visitent la basilique Saint-Pierre de Rome, et la plupart d’entre eux marchent devant l’autel qui abrite les reliques du très populaire saint Judas Thaddée et du moins vénéré saint Simon.

La tradition dit que les deux apôtres ont voyagé ensemble pour prêcher l’évangile en Perse, où ils ont été martyrisés : Judas a été battu à mort avec un bâton et Simon a été coupé en deux. On ne sait pas quand ses reliques ont été transférées à Rome.

Les onze apôtres survivants ont choisi saint Matthias pour remplacer Judas Iscariote, qui a trahi Notre Seigneur et s’est ensuite donné la mort. On raconte que vers l’an 326, l’impératrice sainte Hélène trouva le tombeau de saint Matthias à Jérusalem et envoya ses reliques aux chrétiens de Trèves ─ Allemagne ─. Ses restes sont toujours vénérés dans la basilique de Saint-Matthias de Trèves.

Les restes de saint Paul

Bien que Saul de Tarse – appelé plus tard Paul – ne faisait pas partie des apôtres qui ont suivi Jésus, il est également connu comme l’apôtre des Gentils. Selon la tradition, saint Paul a été décapité le même jour où saint Pierre a été crucifié. Constantin n’a pas oublié saint Paul : il a construit une basilique sur le tombeau de l’apôtre sur la via Ostiense. En 2009, le pape Benoît XVI a annoncé qu’après plusieurs années d’études, les archéologues du Vatican étaient convaincus que les restes conservés dans un sarcophage sous le maître-autel de la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs de Rome sont, en fait, les reliques de saint Paul.

Les fragments d’os ont été carbonisés par des experts qui ne savaient rien de leur provenance et les résultats ont montré qu’ils provenaient d’une personne ayant vécu entre le 1er et le 2e siècle. « Cela semble confirmer la tradition unanime et incontestable que ce sont les restes mortels de l’apôtre Paul », a déclaré Benoît XVI ».

J’ajoute, cher lecteur, quelques phrases pour la réflexion :

« Pour le martyre, on requiert qu’il y ait une lutte, c’est-à-dire quelqu’un qui conteste la vertu ou la vérité ».
P. Vitoria

« Le martyre est un couronnement de la Foi ».
Fray Damián Cornejo

« Le prix des choses dépend de leur mérite, jamais de leur épithète ».
Shakespeare

« C’est la fidélité qui produit les miracles de la passion et de la volonté ».
Madame de Staël

« Plus on aime, plus on souffre. La somme des douleurs possibles pour chaque âme est proportionnelle à son degré de perfection ».
Amiel

«HAEC AUTEM OMNIA IN FIGURA CONTINGEBANTIILLIS: SCRIPTA SUNTIAUTEM AD CORRECTIONEM NOSTRAM, IN QUOS FINES SAECULORUM DEVENERUNTI».
Sancti Pauli Corinthiis Espistola Prima, cap.X, v.11

─‘Toutes ces choses leur sont arrivées en figure, et elles ont été écrites pour nous avertir, à nous qui sommes arrivés à la fin des temps’─.
Première Épître de saint Paul aux Corinthiens, chap. X, v. 11.

Oremus…
KWEN KHAN KHU

*

code