L’espérance

L’espérance 850 480 V.M. Kwen Khan Khu

Estimés/ées lecteurs/trices :

Je vous fais parvenir, à cette occasion, une gravure qui est attribuée à un peintre du nom de Pieter Brueghel de Oude, dit l’ancien. Ce peintre a vécu entre les années 1526 et 1569.

La biographie de Pieter Brueghel, l’Ancien, présente des lacunes dues à l’absence de sources écrites. Les historiens sont souvent réduits à formuler des hypothèses.

En général, on commente à son sujet la chose suivante :

« Pieter Brueghel fut un peintre et graveur brabançon ─ le Duché du Brabant est un ancien duché situé entre les Pays Bas et la Belgique ─. Fondateur de la dynastie des peintres Brueghel, il est considéré comme le peintre hollandais le plus important du XVIe siècle. Avec Jan Van Eyck, le Bosco et Pedro Pablo Rubens, il est considéré comme l’un des quatre grands maîtres de la peinture flamande ».

La gravure que nous présentons s’appelle SPES. Traduit du latin ce serait…

…L’espérance

Commençons par dire que l’espérance ─ SPES ─ est écrite sous les pieds du personnage principal, qui la représente comme une femme avec une faucille dans la main gauche, une pelle dans la droite, une tour sur la tête et les pieds sur une ancre. Elle se trouve au milieu d’une scène d’adversité terrible : des personnages qui luttent pour échapper aux vagues de la mer, des barques détruites, d’autres personnages qui essayent d’éteindre un incendie qui brûle une maison, d’autres qui cherchent de la nourriture en pêchant dans la mer, d’autres qui sont détenus dans une tour ou une prison…

Si nous nous fixons sur les deux personnages du fond de la gravure qui travaillent la terre, nous pourrions penser que ces adversités qui apparaissent au premier plan de la gravure peuvent représenter des adversités tant physiques qu’internes, tant pour celui qui travaille jour après jour pour gagner le pain quotidien que pour ceux qui travaillent intérieurement la Terre Philosophale.

Cette œuvre contient une devise en latin : IVCUNDISSIMA EST SPEI PERSVASIO ET VITAE IMPRIMIS NECESSARIA, INTER TOT AERVMNAS PENEQ[UE] INTOLERABILES.

La traduction de cette phrase serait : ‘La persuasion de l’espérance est très agréable et particulièrement nécessaire pour la vie, au milieu de tant de difficultés presque insupportables’.

Ce qui est intéressant dans cette gravure, c’est qu’on nous montre le gymnase des adversités que l’humanité reçoit dans sa vie horizontale. C’est pourquoi nous ne voyons pratiquement que des problèmes et des situations de malheur. Nous y voyons des gens qui sont en prison, d’autres qui se dédient à éteindre l’incendie d’une maison, d’autres qui essayent de ne pas se noyer au milieu des tempêtes de la vie, etc., etc., etc.

Il est très curieux de voir une femme ─ l’espérance ─ debout sur une ancre et tenant dans la main gauche une faux et dans la droite une pelle. Qu’est-ce que tout cela veut dire ?

Ici, chers amis, on nous montre la nécessité de MOURIR À TOUT CE QUI EST ILLUSOIRE ET TERRRESTRE ─ signification de la faucille─ et de commencer à creuser une nouvelle vie ─ la pelle ─.

Indubitablement, pour commencer à MOURIR EN NOUS MÊMES, il est indispensable de faire appel à l’auto-observation profonde de nous-mêmes, laquelle est symbolisée par la tourelle ou tour que ladite dame porte sur sa tête. Cette tour fut, dans nombre de gravures, le symbole de l’auto-observation parce que, de celle-ci, nous pouvons avoir une vue d’ensemble de la façon dont nous sommes psychologiquement. Sans une auto-observation intégrale, il est impossible de découvrir nos faiblesses pour les exterminer.

Nous pouvons aussi signaler que dans cette œuvre on montre l’espérance sous une forme féminine, car toutes nos espérances se trouvent et se trouveront toujours dans l’aide que peut nous offrir notre Divine Dame : DEVI-KUNDALINI.

Le fait significatif que la Divine Dame soit debout sur une ancre nous permet de comprendre qu’Elle est la seule qui peut nous donner de la stabilité au milieu de n’importe quelle adversité. C’est pour cela que nous plaçons tous nos espoirs en Elle…

D’autre part, il est bon de rappeler que la forme de l’ancre renferme, en soi, les trois forces primaires de la création : Sainte Affirmation, Sainte Négation et Sainte Conciliation.

Les agriculteurs que nous voyons au fond de cette gravure représentent ceux et celles qui, étant déjà en train de travailler leur Terre Philosophique ─ c’est-à-dire : leur corps et leur âme ─, ne seront pas affectés par le déluge constant d’adversités que la vie horizontale possède.

Ceci étant dit, je m’empresse maintenant de vous offrir ces phrases très opportunes pour y réfléchir :

« Ce qui est intéressant, ce n’est pas un fait en lui-même, mais son explication ».
Bernard Shaw

« Il n’y a absolument aucun recours lorsque l’intelligence fait défaut ».
Sainte Thérèse

« Aucun homme n’est devenu grand sans une touche d’inspiration divine ».
Cicéron

« Apprendre sans réfléchir est vain, réfléchir sans apprendre est dangereux ».
Confucius

« Inspiration et génie sont presque la même chose ».
Victor Hugo

PHILOSOPHIA ANCILLA THEOLOGIAE.
─‘La philosophie est la servante de la théologie’─.
KWEN KHAN KHU

*

code