El carruaje de la envidia

La calèche de l’envie

La calèche de l’envie 850 480 V.M. Kwen Khan Khu

Très chers amis/es :

Je vous écris pour vous faire parvenir une gravure qui s’intitule…

…La calèche de l’envie

Tout d’abord, permettez-moi de vous informer que cette œuvre fut réalisée par Marten van Heemskerch entre les années 1498 et 1574. C’est une gravure faisant allusion au péché capital de L’ENVIE qui est, certes, l’un des fléaux les plus pernicieux que nous ayons créé avec l’Ego animal.

Cette gravure est accompagnée d’une phrase latine qui dit ceci : « INVIDIA, BELLI mater, occupat rhedam INIQVITATEM : auriga equos LIVOR regit DETRACTIONEM hune, alterum CALVMNIAM, Infaustiorum infausta rerum nomina Pone INQVIETAS, atque PERTVRBATIO Sequuntur, accedente MALEVOLENTIA ».

Cette phrase, traduite, nous révèle ce qui suit : ‘L’ENVIE, mère de la GUERRE, s’empare avec MALVEILLANCE de la calèche. Le cocher de cette calèche contrôle la diffamation [le cheval appelé Diffamation], ainsi que l’autre [cheval] la CALOMNIE, accusations injustes pour provoquer l’AGITATION et le TROUBLE, tout cela accompagné par la MALVEILLANCE’.

Interprétation :

L’agrégat de l’ENVIE est montré comme une vieille sorcière aux cheveux de serpents, assise sur un trône, dévorant un cœur. On nous monte ainsi que, certes, l’envie nous ronge le cœur et nous fait éprouver de très mauvais sentiments envers nos semblables. Les serpents qu’elle a pour cheveux indiquent les mauvaises influences qu’elle provoque dans notre psychisme.

Le personnage appelé BELLUM ─‘guerre’─ est aux pieds de l’envie ; LIUOR est le cocher, signifiant la RANCUNE, qui allégorise sans aucun doute notre EGO ANIMAL. La MALEVOLENTIA ─‘malveillance’─ est ici le personnage qui a comme des cornes et qui tient dans sa main un type de fouet ou des branches pour fouetter les chevaux, car l’envie aime toujours bouger rapidement dans nos recoins mentaux.

DETRACTIO ─‘diffamation’─ est l’un des chevaux et CALUMNIA ─‘calomnie’─ est l’autre cheval. Ces deux caractéristiques de l’envie sont les conséquences qui dérivent de ses actions. L’envie aime créer des détracteurs et PERTURBATIO ─ c’est-à-dire des ‘perturbations’ ─, ce qui est montré par une femme qui est en train de souffler avec un soufflet vers les pieds du cheval. Ainsi, de cette manière, l’envie accélère les perturbations psychologiques dans notre continent animique.

INQUIETAS ─ le ‘ trouble’─ est représenté par une autre femme qui tient dans sa main une baguette avec deux poids accrochés à ses extrémités. Cela nous indique que l’envie cause beaucoup de mauvaises inquiétudes et des incertitudes qui nous mènent à l’angoisse.

À l’arrière, on peut observer, en guise de décoration de la calèche, un étrange ornement représentant un visage cadavérique. Un serpent sort de cet ornement. Tout cela nous a été montré pour prendre Conscience que les ressorts de l’envie sont nombreux et tous très ténébreux.

Les roues de la calèche, qui ne sont pas très nettes mais qui comportent des dents et chaque dent est ornée d’un visage démoniaque ou d’animal, sont très frappantes, Tout cela indique la complexité qui entoure la pluralité de notre Bête intérieure.

Cette gravure nous démontre ce que nous avons toujours souligné : le Moi est toujours accompagné de beaucoup d’autres éléments.

Il est bon de noter que deux visages maléfiques avec la langue à l’extérieur sont ciselés sur le poitrail de l’un des chevaux ─ celui qui est mentionné comme Calomnie ─, ce qui nous indique le désordre et la laideur de ce défaut.

D’autre part, le bouclier sur lequel s’appuie le personnage BELLUM comporte également un visage maléfique que nous devons interpréter comme les mauvaises intentions de cet agrégat. C’est pour cette raison que la phrase latine qui accompagne cette gravure commence par dire « L’envie, mère des guerres… ». Indubitablement, toutes les guerres du monde sont souvent engendrées par l’envie, ne l’oublions pas.

De même, le visage que nous observons sur le bouclier sur lequel s’appuie le personnage appelé BELLUM ressemble au visage de la vieille et horrible femme qui représente l’envie elle-même.

Il y a deux serpents à l’arrière de la calèche qui rappellent un peu le Caducée de Mercure, mais près d’eux il y a un troisième serpent. Dans ce cas on nous indique que l’envie opère avec la MAUVAISE VOLONTÉ, la PENSÉE MALVEILLANTE et le SENTIMENT INDÉSIRABLE.

Je vous ajoute maintenant quelques phrases pour la réflexion :

« L’envie fait du tort à l’envieux lui-même ».
Voltaire

« L’envie assène ses tirs aux choses les plus grandes ».
Ovide

« L’envie est mille fois plus terrible que la faim, car c’est une faim spirituelle ».
Unamuno

« L’envie est le ver rongeur du mérite et de la gloire ».
Bacon

« L’envie n’est que le vice de l’homme, auquel les animaux brutaux ne participent ».
Plutarque

VERUM GAUDIUM RES SEVERA EST.
─‘La véritable joie est une chose sérieuse’─.
KWEN KHAN KHU

*

code