Comment pourrions-nous découvrir notre trait psychologique ?

Comment pourrions-nous découvrir notre trait psychologique ? 850 480 V.M. Kwen Khan Khu

Chers lecteurs :

Je m’approche de vous par ce moyen pour vous parler à cette occasion de :

COMMENT POURRIONS-NOUS DÉCOUVRIR NOTRE TRAIT PSYCHOLOGIQUE ?

Dans ses œuvres à caractère psychologique, le V.M. Samael nous incite à découvrir notre trait psychologique particulier ─ car chacun a le sien ─ afin d’enlever des forces à notre malveillant EGO ANIMAL que nous portons dans notre psyché. Cependant, il est indiscutable qu’en raison de la multiplicité de notre MOI ─ constitué de dix mille agrégats psychiques ─, une telle tâche ne s’avère pas facile quand nous voulons détecter ce trait.

Grâce à la Gnose, nous savons que le trait psychologique qui personnifie notre psychologie est cet agrégat qui EMPRISONNE LE PLUS DE CONSCIENCE et, pour cette raison, nous pourrions dire que c’est l’une des têtes de légions qui forment notre désordonnée multiplicité psychique.

Tout cela, lecteur avisé, est intimement lié à la cécité que nous avons depuis des siècles et grâce à laquelle nous avons toujours été, lamentablement, des entités mécaniques ou des robots au service de cela que nous appelons, dans la Gnose, la Bête dont le nombre fatal est 666.

L’étude que nous devons réaliser sur nous-mêmes est directement connectée au SENS DE L’AUTO-OBSERVATION, car il n’y aura jamais d’AUTO-DÉCOUVERTE PSYCHOLOGIQUE si nous ne nous sommes pas AUTO-OBSERVÉ à fond avant. L’auto-observation a des niveaux et des niveaux et, pour que cette faculté se développe, nous avons besoin de nous aider du dénommé ÉTAT D’ALERTE PERMANENT et, également, des pratiques qui nous incitent à la sérénité, à la méditation, à l’introspection, etc., etc., etc.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, bien que nous lisions ces choses dans les livres de l’Avatar, lamentablement, notre vrai intérêt pour NOUS AUTO-CONNAÎTRE NOUS-MÊMES est pauvre et n’est pas épaulé par les SOIFS D’ÊTRE, qui est un ingrédient qui s’avère, dans ce domaine, quelque chose de FONDAMENTAL.

Durant mes années de jeunesse ou d’adolescence, étant déjà dans la Gnose, j’en suis venu très souvent à croire fermement que MON TRAIT PSYCHOLOGIQUE PARTICULIER était cela que nous appelons la LUXURE. Pourquoi suis-je arrivé à une telle conclusion ? Eh bien, simplement à cause d’états luxurieux qui m’attaquaient, surtout la nuit, dans les dénommés mondes internes. Ainsi, par conséquent, j’ai demandé durant des années à Dieu-Mère de m’aider à exterminer ces sensations qui essayaient de me conduire à la fornication. J’ai passé de nombreuses années de ma vie à faire des jeûnes et diverses pratiques avec Stella Maris, avec le béni Ange Anael, avec le V.M. Anubis, etc., etc., etc.

Cependant, votre serviteur ne se rendait pas compte que cet agrégat ne me gênait pas dans le monde physique, car il existait en même temps dans mes entrailles quelque chose qui rejetait la perte des énergies sexuelles et je n’aimais pas non plus, en aucun cas, la violence sexuelle avec l’Éternel Féminin. Ainsi que d’une part je me sentais agressé par les Mois luxurieux durant mon séjour dans le monde astral, mais une fois dans le monde physique, ce n’était pas une situation qui m’écrasait vingt-quatre heures par jour.

Ceci étant, en intensifiant de plus en plus l’AUTO-OBSERVATION et en priant les hiérarchies divines de m’aider dans cette tâche, j’ai commencé à combiner les jeûnes avec des prières en mettant énormément l’accent sur L’ÉTAT D’ALERTE NOUVEAUTÉ. Il est indéniable que tel que le dit le proverbe espagnol : « Aide-toi et le Ciel t’aidera ! », mes prières furent écoutées et l’étincelle a jailli ! Qu’arriva-t-il alors, cher lecteur ??? Il arriva que, en restant dans cet ÉTAT D’ALERTE NOUVEAUTÉ, je me suis un jour posé la question suivante : « Quelle est la chose que tu répètes le plus mécaniquement durant chaque jour physiquement et internement ? », et ce fut alors que je découvris que la majorité de mes actes, pensées et sentiments portaient une charge de VIOLENCE parfois très dissimulée et parfois très clairement manifeste. Je découvris alors que je parlais, généralement, d’une manière colérique, j’aimais frapper les tables, je pensais à une rapidité vertigineuse en émettant des pensées pas du tout agréables sur les autres, qu’ils soient ou pas des proches de votre serviteur, et une longue série de choses qui commencèrent à me préoccuper de telle sorte qu’elles me remplirent moi-même d’étonnement, d’effroi et d’incertitude… J’avais découvert que mon trait psychologique était la colère et non la luxure !!!! 

Cependant, il arriva alors quelque chose de très particulier. Quand ce monstre commença à se voir découvert grâce à l’auto-observation permanente, il commença à vouloir s’agiter dans mes entrailles avec une force incroyable, au point de faire trembler mes muscles tout en me produisant une sorte de consternation mentale ou trouble momentané. Je me rendis alors compte que cette énergie sinistre se sentait menacée et, pour m’aider dans une telle situation, je doublai mes prières à la Divine Mère et mes jeûnes afin de me créer un bouclier qui m’aide à cette époque-là. Tout cela avait lieu quand votre serviteur n’avait encore contracté aucun mariage.

Le comble de ce panorama arriva lorsqu’un jour, me disputant très fortement avec l’un de mes frères, qui était plus âgé que votre serviteur, la dispute, qui était verbale, déboucha sur une bagarre et durant celle-ci je sentis que mon corps s’enflammait, horriblement, d’une énergie très puissante qui m’amena presque à étrangler mon propre frère !!!! J’étais parvenu à attraper mon parent par le cou et, utilisant toutes mes forces, je l’amenai presque à l’étouffement total, raison pour laquelle il tomba sans connaissance à mes pieds…

Quand je vis mon frère tremblant comme si l’oxygène lui manquait, comme s’il était dans les râles de la mort, j’appelai désespéré ma mère et mes autres frères pour qu’ils m’aident !!! Impuissant devant toute cette scène, je commençai aussi à trembler, mais dans ce cas, cher lecteur, ce fut à cause de la terreur que j’eus de MOI-MÊME… Ce jour-là je me suis dit : « Oscar, tu n’es pas autre chose qu’un assassin !!! Et la Gnose ne te sert à rien, car regarde de quoi tu es capable !!! ». Cela se répétait maintes fois dans mon mental et dès lors j’ai commencé à sentir du dégoût d’exister… Je me voyais moi-même comme une authentique poubelle qui marchait, parlait, etc., etc., mais je n’étais que cela : UNE POUBELLE !!!

J’ai commencé dès lors à faire des INTROSPECTIONS pour réviser ma vie et ce que je trouvai à l’intérieur de moi furent des souvenirs abominables de nombreux moments dans lesquels j’avais agressé verbalement mon prochain, en arrivant à d’autres occasions à MENACER avec violence les autres. 

Quand j’eus l’occasion de pratiquer l’Arcane A.Z.F., j’adressai toutes mes suppliques à l’Éternel Féminin divin en lui demandant, autant que possible, d’extirper de ma structure psychologique cette monstruosité.

Avec le temps, mon Être Réel me montra de quelle manière votre serviteur avait créé une telle abomination. Alors, le béni ─ c’est-à-dire : l’ÊTRE ─ me montra dans les mondes internes des morceaux de diverses existences de l’ancienne Rome, durant lesquelles la COLÈRE me transforma en une machine à tuer. Pour couronner le tout, quand j’étais en contact avec le V.M. Samael, dans le District Fédéral mexicain, l’Avatar me fit un jour savoir que durant presque toutes mes existences j’avais été un militaire, et parfois militaire et avocat. Il est évident que tout cela, au lieu d’apaiser cette bestialité que je portais dans mes entrailles, avait contribué à augmenter la force d’un tel DÉMON.

Connaissant quel était mon trait psychologique, je me suis fermement proposé la tâche de PROFITER DES GYMNASES que le Père m’apporta dans mes divers séjours comme diffuseur de nos études et, au fil des ans, et après énormément d’épouvantables crises, l’adorable Mère Kundalini extirpa définitivement cette entité démoniaque qui durant des siècles avait été mon fléau et la cause de nombre de mes karmas moraux. Tout se paye, cher lecteur !…..

Aujourd’hui, quand je regarde en arrière et que me viennent en mémoire des scènes de ces états qui me possédaient et me transformaient en quelque chose d’absolument barbare, je m’étonne que tout cela ait eu lieu et j’ai profondément honte de mes attitudes d’alors. Si je n’avais pas découvert mon trait psychologique, cher lecteur, à ce stade de ma vie tout ce que j’aurais fait aurait été simplement UNE LAMENTABLE PERTE DE TEMPS…… Il ne m’aurait servi à rien d’avoir connu cet enseignement sacré et j’aurais commis la folie de NE PAS AVOIR PROFITÉ DE LA BELLE OPPORTUNITÉ D’AVOIR CONNU LE CHRIST ROUGE DU VERSEAU, le V.M. Samael Aun Weor.

Je vous laisse quelques phrases pour la réflexion :

« La première et plus grande honte du pécheur, c’est d’avoir péché ».
Sénèque

« Plus le délit est grand, plus grand doit être le temps consacré aux remords ».
Victor Hugo

« Notre repentir n’est pas tant un regret du mal que nous avons fait, qu’une crainte de celui qui nous en peut arriver ».
La Rochefoucauld

« Un bon repentir est le meilleur médicament contre les maladies de l’âme ».
Cervantes

VIRTVTI FORTVNA COMES.
─‘La fortune accompagne la vertu’─.

QUE LES LUMIÈRES DE VOTRE PÈRE QUI EST AUX CIEUX SOIENT AVEC VOUS TOUS.
Kwen Khan Khu