Pourquoi la nature de Dieu doit-elle être, de façon déterminante, infinie ?

Pourquoi la nature de Dieu doit-elle être, de façon déterminante, infinie ? 850 480 V.M. Kwen Khan Khu

Chers lecteurs :

À cette occasion, j’ai décidé de vous écrire quelques mots sur :

POURQUOI LA NATURE DE DIEU DOIT-ELLE ÊTRE, DE FAÇON DÉTERMINANTE, INFINIE ?

Depuis des temps reculés, dans l’ancienne Inde, dans l’ancienne Chine, en passant par la Grèce, la Mésopotamie, les cultures mayas et mexicaines et également par les peuples d’Indonésie, de Mongolie, etc., etc., etc., une vraie controverse a existé sur la nature de cela que nous appelons, religieusement, Dieu.

À propos de cette controverse, de très diverses opinions se sont déclenchées entre théologiens et philosophes, tous tâchant de définir quelle est la nature de Dieu ; cependant, excepté quelques personnes éclairées tel Héraclites en Grèce, peu sont parvenus à concrétiser la nature authentique du divin et, surtout, le fait qu’il ait été catalogué comme quelque chose d’infini.

Évidemment et par malheur, une foule de philosophes et de théologiens ont émis énormément d’opinions sur ce sujet en ayant toujours recours à l’usage de la RAISON. Mais pour nous, qui aimons la Gnose, la raison est un instrument très pauvre pour enquêter sur le monde de ce qui est métaphysique, éternel et sacré. Nous, grâce à la Gnose contemporaine apportée par l’individu le plus exalté du XXe siècle, le V.M. Samael Aun Weor, nous savons aujourd’hui que le psychisme, ou le mental, a trois faces qu’il a lui-même définies de la manière suivante :

  • MENTAL SENSUEL, qui obéit seulement à ce que les cinq sens de la machine organique lui apportent et de là il tire ses conclusions erronées.
  • MENTAL INTERMÉDIAIRE, lequel se débat entre le OUI et le NON, le blanc et le noir, le sombre et le lumineux…, c’est-à-dire, il est toujours dans une bataille constante et, parfois, il entre dans des réflexions qui peuvent arriver à apporter à l’homme quelques considérations temporaires, c’est-à-dire : les arguments scientifiques qui aujourd’hui disent une chose pour les contredire le lendemain avec d’autres conclusions…
  • MENTAL INTÉRIEUR, c’est celui qui peut recevoir directement, depuis les parties les plus élevées de cela que nous appelons L’ÊTRE, les révélations sur ce qu’on ne peut pas concevoir intellectuellement. Normalement, cet état du psychisme apporte des informations en utilisant l’absence de la bataille des antithèses et en se servant très souvent des dénommées Extases ou Samadhis, pour parler en termes orientaux.

Justement, pour arriver à avoir un MENTAL INTÉRIEUR, l’être humain a besoin d’être parvenu à apaiser le désordre mental du MENTAL SENSUEL et du MENTAL INTERMÉDIAIRE, pour être à la hauteur de ce qu’on lui montrera dans ces états de ravissement mystique.

Au moyen de la Gnose, notre Patriarche, le V.M. Samael, nous explique que durant l’expérimentation d’un MAHA-SAMADHI, il est parvenu à abandonner tous les fonctionnalismes du MENTAL SENSUEL et du MENTAL INTERMÉDIAIRE pour se livrer à une expérience mystique transcendantale qui le transporta au-delà des supra-dimensions de l’hyperespace et il arriva alors aux frontières de l’Espace Abstrait Absolu. Une fois dans cette région supra-divine, notre cher Maître se trouva alors face au gardien d’un temple situé dans ces profondeurs spatiales. Ainsi, le Patriarche Samael demanda alors au susdit gardien :

─ Est-ce ici que finit ce que nous appelons Dieu ?

La réponse de ce gardien très sacré à la question du Vénérable fut :

Non, c’est ici que Dieu commence !!!

Cette réponse laissa l’Avatar du Verseau ébahi, car il avait traversé des régions cosmiques que nous appelons, dans la Gnose, ÆONS ou COSMOS de l’univers et il rencontra la terrible réalité que cela qui est L’ESSENCE DES UNIVERS était quelque chose SANS AUCUNE LIMITE, même si le Maître Samael le savait déjà intellectuellement, mais le savoir intellectuellement est une chose et se heurter à cette crue réalité, chers amis, en est une autre.

Ceci dit, en arrivant à ce niveau de nos réflexions, on peut se demander : mais pourquoi Dieu s’est-il fait lui-même INFINI ?

Réponse : parce que si l’homme connaissait ou trouvait une limite au Créateur suprême, il arriverait ce qui est arrivé quand l’humanoïde terrestre a su que la terre était composée de couches ou croûtes, et qu’en son centre il y a un magma et beaucoup d’autres choses et, sachant cela, eh bien ça devient, pour l’humanoïde scientificoïde, quelque chose de seconde catégorie, c’est-à-dire quelque chose qui occupe le terrain de la banalité. Par conséquent, Dieu cesserait d’être Dieu…

Indubitablement, la nature de Dieu, étant INFINIE, permet aux âmes et à tout être humain de notre monde ou de n’importe quel monde de l’espace interstellaire d’éveiller la curiosité de celui-ci pour le Démiurge très sacré et il ne cessera jamais, par conséquent, d’être un sujet d’investigation, d’analyse, d’étonnement, de jouissance animique, de joie intime quand on perçoit un phénomène spécifique lié au divin.  

De son temps, le mémorable Pythagore affirma que LE NOMBRE ÉTAIT EXACT ET INFINI et cela lui donnait un caractère sacré !! Et il n’avait pas tort, car, certes, si nous commencions à compter sans nous arrêter, nous ne terminerions jamais. Cela mena d’autres philosophes à la conclusion selon laquelle Dieu est cette sphère dont le centre est partout et la circonférence nulle part !!, faisant ainsi allusion aux calculs exacts du Grand Architecte de l’Univers, comme l’appellent les francs-maçons… Dieu fut ainsi défini comme le grand mathématicien et géomètre des univers.

Nous devons, également, déclarer que la perception de cela que nous appelons Dieu est distincte dans chaque Adepte qui est parvenu à s’approcher de la nature infinie du Créateur, car dans cette perception on devrait prendre en compte la qualité de la PIERRE ─ de chacun ─ et les divers fonctionnalismes qu’un certain Adepte a obtenus ; de même si cet Adepte a ou pas les quatre Kayas d’exaltation, ce qui aboutirait à l’obtention de plus en plus d’informations sur l’INSONDABLE ─ c’est-à-dire : Dieu ─.

Je conclus ce bref exorde avec une phrase magistrale commentée dans le monde de la vraie spiritualité et de l’occultisme authentique :

« La gloire de Dieu consiste à cacher ses secrets et celle de l’homme à les découvrir ! ». Cette sentence est attribuée au sage Salomon…

Je vous laisse quelques phrases pour la réflexion :

« Plus j’approche de l’infini et plus j’écoute autour de moi les immortelles symphonies des mondes qui m’appellent. C’est merveilleux et c’est simple »…
Victor Hugo

« Nulle lumière ne s’allume dans l’intelligence sans aller allumer son feu dans le cœur ».
Ahrens

« L’inspiration, c’est l’occasion du génie ».
Balzac

« Toutes les sciences ont leurs attraits, mais il n’y en a pas d’autre qui surpasse, ni peut-être n’égale, les mathématiques pour absorber l’attention et détourner fortement l’âme de tout type d’objets ».
Balmes

Oremus…
Kwen Khan Khu