Le Christ dans son pressoir

Le Christ dans son pressoir 850 480 V.M. Kwen Khan Khu

Très chers compagnons/gnes :

J’ai le plaisir de vous faire parvenir ces commentaires sur la présente gravure attribuée au peintre Dirck Volckertsz Coornher, qui a vécu entre les années 1522 et 1590. L’œuvre a reçu le nom de…

… LE CHRIST DANS SON PRESSOIR

Cette gravure se trouve aussi dans d’autres peintures chrétiennes et elle y apparaît sous le nom du Pressoir mystique.

Cette prodigieuse gravure est pleine de phrases en latin, que je vous joins :

LIBVIT IEHOVE AEGRITUDINE EUM CONTVNDERE. Esa. 53.

Traduction : ‘Il a plu à Jéhovah de le briser par la souffrance. Isaïe 53:10’.

MORBOS NOSTROS AC DOLORES IPSE TVLIT AC TOLERAVIT. Esa. 53.

Traduction : ‘Cependant, ce sont nos maladies qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé. Isaïe 53:4’.

CUR TUA RUBET VESTIS TUAQ INDUMENTA SUNT SIMILIA EUIS QUI TORCULAR CALCAT. Esa. 63.

Traduction : ‘Pourquoi ton vêtement est-il rouge et pourquoi tes habits ressemblent-ils à celui qui foule au pressoir ? Isaïe 63:2’.

IPSE OB PECCATA NOSTRA SCELERAQVE VULNERATUS ATQVE CON TUSUS POENAS NOBIS SALUTARES DEDIT.

Traduction : ‘Mais il était blessé pour nos fautes, brisé pour nos péchés ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Isaïe 53:5’.

INDUTUS EST PALLIO TINCTO SANGUINE ET NOMINE VOCATUR SERMO DEI.

Traduction : ‘Il était revêtu d’un vêtement teint de sang et son nom est : LE VERBE DE DIEU. Apocalypse 19:13’.

Coniecit in eum dominus iniquitates omnium nostrum. Esa 53.

Traduction : […] ‘mais Jéhovah a fait retomber sur lui nos fautes à tous. Isaïe 53:6’.

Iesus traditus est ob delicta nostra. Rom. 4.

Traduction : ‘Jésus a été sacrifié pour nos transgressions […]. Romains 4:25’.

Christus peccata nostra suo corpore sustulit in patibulum ut peccatis defuncti iustitae vivamus. Pet. 2.

Traduction : ‘Le Christ a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice. Pierre 2:24’.

Cette œuvre nous montre le Christ intime sacrifié comme s’il s’agissait du fruit de la vigne. Il ne fait aucun doute que quand nous faisons allusion au Christ, nous nous souvenons alors de ces mots que le V.M. Aberamentho a prononcés à ses disciples lors de la dernière cène : « Ceci est mon corps, ceci est mon sang, mangez et buvez. Faites ceci en mémoire de moi”. De cet acte est née ce qu’on appelle l’eucharistie chrétienne. Il est indubitable que le Christ en substance est la force qui soutient les mondes spirituels et physiques dont nous parle L’Arbre Séphirotique de la Kabbale hébraïque…

Nous n’exagérons nullement si nous disons que, gnostiquement parlant, ce Christ en substance représente les eaux Mercurielles de l’être humain, qui doivent subir leur transformation dans le laboratoire de notre corps physique. C’est la raison pour laquelle nous voyons que la croix que soutient le CHRISTUS n’est autre que le croisement sexuel du lingam-yoni,qui permettra que nos sécrétions se transforment en l’élixir rouge des alchimistes, si nécessaire pour créer nos véhicules animiques internes. Il est indubitable que le pressoir qui comprime le corps du Seigneur est, justement, le Sahaja Maithuna ou Arcane A.Z.F. des grands mystères. Ce sang ─ ou substance─ est le vêtement rouge auquel fait allusion l’une des phrases écrites en latin ─ Apocalypse 19 :13 ─, et également dans le passage relatif à Isaïe 63 :2.

Lamentablement, les églises catholiques et orthodoxe chrétienne ─ qui ont toutes les deux déformé la doctrine originelle du V.M. Aberamentho─ ont voulu faire croire aux foules que toutes les souffrances que le Grand Kabîr de Nazareth a subies ont lavé les péchés du monde entier et, par conséquent, toutes les créatures humaines pécheresses peuvent continuer à pécher toute leur vie puisqu’elles seront de toute façon sauvées aux yeux de Dieu. Rien de plus absurde. On a prétendu montrer à l’humanité que Jésus de Nazareth était quelqu’un qui a voulu être crucifié pour que nous continuions à vivre nos petites vies de péché. Rien de plus ridicule ! Ils ont caché aux masses sociales la signification cachée de l’œuvre qui doit être réalisée en nous, à travers les souffrances volontaires et les sacrifices conscients de notre Seigneur intérieur, en communion avec les efforts conscients de l’Essence ou Âme Humaine……

Il est important de souligner la phrase latine qui dit : « Le Christ a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice » … Notez qu’il nous est très clairement souligné que pour que le Christ puisse nous racheter, il est nécessaire que nous soyons morts à nos péchés. En d’autres mots : LA MORT INTÉRIEURE EST NÉCESSAIRE pour aider notre SAUVEUR SALVANDUS à atteindre notre salut et pour que nous puissions être déclarés JUSTES, comme l’exprime bien la PISTIS SOPHIA DÉVOILÉE par notre Patriarche : le V.M. Samael Aun Weor.

Il est clair et il est dit par le Gnosticisme contemporain que le Jésus-Christ intime est crucifié pour nos transgressions ─ Romains 4:25 ─, car toutes ces foules qui réclament la crucifixion du Seigneur de Perfections ne sont autres que les dix mille agrégats psychologiques que nous portons malheureusement en nous…

Il est évident que le Christ Intime est le VERBE DE DIEU, en d’autres termes, Il est le VERBE DU PÈRE ─ du Kether kabbalistique ─, et c’est pour cela qu’il est dit : « Personne n’arrive au Père si ce n’est à travers le Fils » … C’est la raison pour laquelle la Pistis Sophia nous déclare : « Il connaît les intérieurs des intérieurs et les extérieurs des extérieurs » …

Il est bon d’indiquer que, certes, le Christ intime assume nos maladies et toutes nos douleurs afin d’éviter notre involution dans les mondes infernaux ou strates inférieures de la nature. Et c’est pour cela qu’on affirme qu’IL NOUS RESSUSCITE À LA VIE ÉTERNELLE…, ne l’oublions pas…

La gravure nous indique clairement comment le sang ou teinture rouge du CHRESTOS INTIME jaillit de ses stigmates pour se transformer en le vin de la transsubstantiation qui enrichit notre vie intérieure.

Dans une autre gravure semblable à la présente et attribuée à un peintre nommé Hieronymus, d’origine flamande,le Christ intime apparaît à nouveau dans son pressoir et près de Lui la Divine Mère, car il est incontestable que la Divine mère travaille sous la direction de son fils. Sans l’aide de notre Stella Maris il est impossible de MOURIR EN NOUS-MÊMES pour qu’ensuite le Seigneur de Perfections réalise dans notre continente animique son GRAND ŒUVRE et qu’Il devienne ainsi lui-même notre PIERRE PHILOSOPHALE.

Dans cette autre gravure à laquelle nous nous référons, il est facile d’observer également un ange recueillant dans un calice le sang du Rédempteur. C’est pour cela que l’eucharistie chrétienne répartit le pain et le vin dans ses cérémonies sacrées, particulièrement dans la messe sacrée, car les atomes christiques descendent des mondes supérieurs de Conscience pour aider les dévots dans leur transformation intérieure, et ces atomes se déposent dans le vin et le pain de l’eucharistie. Ce fut le pacte que le Christ intime a conclu avec ses Apôtres

Mes amis et amies, le prophète Isaïe avait déjà prédit la venue du Messie en son temps, et c’est pourquoi plusieurs des phrases latines qui accompagnent cette gravure le mentionnent avec justesse.

Permettez-moi maintenant de vous offrir quelques maximes pour la réflexion :

« Subis avec patience pour Dieu pauvreté, maladie, travaux et affronts, et tu seras récompensé ».
Sainte Thérèse

« Nous nous cherchons dans le bonheur, mais nous ne nous trouvons que dans la souffrance ».
Henry Bataille

« On ne guérit d’une souffrance qu’à condition de l’éprouver ».
Marcel Proust

« Qui craint de souffrir, il souffre déjà de ce qu’il craint ».
Montaigne

« Plus on aime, plus on souffre. La somme des douleurs possibles pour chaque âme est proportionnelle à son degré de perfection ».
Amiel

HOC EST ENIM CORPUS MEUM.
─‘Ceci est mon corps’─.
KWEN KHAN KHU

*

code