Les travaux secrets qui ont finalement permis à Hercule sa libération totale

Les travaux secrets qui ont finalement permis à Hercule sa libération totale 850 480 V.M. Kwen Khan Khu

Très chers amis et amies lecteurs/trices :

Je me permets de vous faire parvenir, à cette occasion, quelques mots qu’il est important pour moi de vous transmettre à tous et qui font référence à…

…LES TRAVAUX SECRETS QUI ONT FINALEMENT PERMIS À HERCULE SA LIBÉRATION TOTALE

Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur les douze Travaux de l’Hercule mythologique, le Héros Solaire. Celui-ci a été le prototype de l’homme autoréalisé dont il est question dans les pages dorées de la Kabbale gnostique millénaire. Mircea Eliade lui-même ─ grand occultiste roumain et disciple de Sivananda ─ est allé jusqu’à dire très judicieusement que la mythologie était la vraie histoire de l’humanité, même si pour les analystes intellectuels les paroles de ce grand chercheur n’ont aucune transcendance. La crue réalité nous dit que ce qui ne peut pas être exprimé par des récits communs et courant, il devient extrêmement facile de le faire si on l’exprime à travers le mythe.

C’est le cas d’Hercule, le héros grec qui se vit confier douze travaux terribles afin de lui accorderà nouveau la grâce de retourner au royaume de l’Olympe, c’est-à-dire pour retourner au royaume de la Conscience tel que le proclame la Gnose. Cependant, compagnes et compagnons, il est très important de savoir qu’au-delà de ces douze travaux, la mythologie souligne que cet Homme Solaire a dû accomplir d’autres travaux ou tâches que peu de gens connaissent, qui seraient même au-delà du programme de la Maîtrise, cette dernière étant comprise comme l’ascension des Trois Montagnes ésotériques mentionnées par le Gnosticisme contemporain grâce à la plume et à l’expérience métaphysique du V.M. Samael Aun Weor.

Avant d’entrer dans les détails, permettez-moi d’inscrire quelques commentaires que je considère également pertinents en la matière, voyons :

Aventures dans le royaume d’Omphale

Une fois purifié, il se tourna vers l’oracle de Delphes pour obtenir de l’aide pour guérir de ses accès de colère.  Lorsque la pythonisse refusa de s’occuper de lui pour avoir tué Iphitos, Hercule, furieux, saisit le trépied d’Apollon sur lequel la pythonisse était assise.

Le Dieu Apollon, indigné, accourut pour empêcher le vol du trépied sacré et lutta avec Hercule jusqu’à ce que Zeus sépare les combattants d’un coup de foudre et les oblige à faire la paix. La pythonisse accéda alors aux souhaits d’Hercule et prophétisa que, pour se libérer de son affliction, il devrait se vendre comme esclave pendant trois ans et remettre l’argent de la vente à la famille d’Iphitos. Il fut vendu par Hermès à la reine de Lydie, Omphale, comme esclave sans nom. La reine et nouvelle maîtresse du héros le soumit à toutes sortes d’outrages : elle le vêtit de longs habits féminins, l’obligea à filer à ses pieds comme n’importe quelle jeune fille… Malgré les mauvais traitements, on peut dire qu’il y avait de l’amour entre Hercule et la reine, et que l’amour de cette dernière devint si malsain qu’il conduisit le héros à cette situation si peu digne.

Au cours de cette période, Hercule affronta les Cercopes jumeaux, Passalos et Acmon qui, transformés en mouches, l’empêchaient de dormir avec leur bourdonnement incessant ; il lutta contre Sileo, qui obligeait les étrangers à travailler sur ses terres ; il rasa la ville des lydiens quand ceux-ci commencèrent à piller le territoire d’Omphale ; il vainquit le roi Lytiersès de Kelainai lors d’une compétition dans laquelle le roi décapitait les perdants ; près du fleuve Sagaris, il tua un gigantesque serpent qui attaquait les serviteurs et les récoltes d’Omphale. Avec cette reine, Hercule eut Lamos, Agélaos et Laomédon.

Une fois le temps convenu écoulé et après avoir débarrassé les possessions de la monarque des bandits et des monstres, la reine commença à soupçonner que cet esclave sans nom n’était autre que le célèbre Hercule, ainsi le libéra-t-elle très satisfaite, le couvrant de cadeaux à son départ.

À son retour, il apprit les histoires qu’on racontait à son sujet. Qu’il avait rangé sa peau de lion et qu’il s’habillait comme une dame, avec de grands colliers, des bracelets et des turbans féminins. Ils disaient aussi que la dame le grondait et qu’il se mettait à pleurer, ridiculisant ainsi sa force virile face aux modalités féminines.  

Comme nous pouvons le voir, mes amis et amies, les aventures ou travaux de l’Hercule mythique ne se sont pas terminées avec ces douze travaux qui lui avaient été imposés, non, car à cause d’une série de circonstances il a dû être purifié et a fini, pour comble, par être vendu par Hermès à une reine de Lydie appelée Omphale. Très curieusement, cette reine l’acheta comme esclave sans nom et, pour couronner le tout, elle le soumit à des outrages de diverse nature, jusqu’à le forcer à porter des vêtements de femme et à effectuer également des tâches propres au sexe féminin. De nombreuses illustrations picturales montrent, depuis des siècles, ces faits qui vont au-delà des tours que le Héros Solaire a dû effectuer dans l’un de ces douze travaux, concrètement quand il devait voler la ceinture d’Hippolyte, la reine des amazones…

Dans ces illustrations dont nous parlons, nous pouvons voir Hercule habillé en nonne, vêtu comme une femme qui fait office de fileuse pour la reine, etc., etc., etc.

Toutes ces choses, chers amis/ies, nous ramènent au souvenir de quelque chose que nous dit la Kabbale gnostique depuis des millénaires. La Kabbale nous dit que le terme Adam signifie « homme fait de terre rouge », et les Saintes Écritures nous rappellent que Dieu fit l’homme avec la poussière de la terre. Cependant, quand on nous dit qu’il s’agissait de terre rouge, on nous met l’accent sur l’Adam Solus ─ l’Adam androgyne qui existait avant la chute angélique, l’Adam qui n’avait pas commis le péché originel ─. La terre rouge est le Mercure Soufré ou la Teinture Rouge que la science de l’Alchimie nous enseigne dans ses traités.

Cependant, dans une autre lecture kabbalistique, Adam nous est montré comme un homme soumis ou assujetti à l’hymen féminin… Énigmes… Énigmes… Énigmes… !!

Toutes ces concomitances nous invitent à la réflexion, car nous pourrions dire sans crainte de nous tromper que la vraie libération pour l’Homme Solaire ne lui vient que lorsqu’il reprend son androgynisme originel, et c’est pour cette raison que l’Hercule mythologique est montré s’humiliant au maximum pour atteindre ce but. Tout cela implique, évidemment, la désintégration de toute forme de résidus de ces éléments inhumains ─ agrégats psychologiques ─ connectés au machisme propre à l’humanoïde rationnel de notre époque. Curieusement, je me permets de vous commenter une situation que j’ai personnellement vécue dans les appartements de notre Vénérable Patriarche : Samael Aun Weor…

Nous étions un groupe de disciples aux pieds de l’Avatar du Verseau, le V.M. Samael Aun Weor. Nous étions très bien, posant au Maître une infinité de questions doctrinales quand soudain l’épouse de ce dernier s’approcha de nous. Elle prit la parole pour nous dire à tous : « Eh bien, eh bien, sortez d’ici, allez ailleurs car je dois balayer cette pièce ! ». Immédiatement, le V.M. Samael nous dit à tous : « Eh bien allons vers cet autre endroit, frères, et nous continuerons à parler là-bas… ». Mais, alors que nous étions dans cet autre endroit poursuivant notre rythme de questions, cette dame revint pour nous répéter : « Eh bien, prenez un autre côté de la maison car je dois aussi balayer ici !! ». Le Maître Samael se déplaça à nouveau avec ceux d’entre nous qui étaient là vers cet autre endroit que sa femme nous indiquait.

À nouveau, pour la troisième fois, cette dame et son balai se présentèrent devant nous pour nous répéter que nous devions nous déplacer vers un autre endroit de la maison. Mais cette fois, Avant de nous déplacer, l’un de ceux qui étaient réunis là prit la parole pour demander au Maître :

Disciple : Maître, vous êtes l’Avatar du Verseau ! N’est-ce pas ?

Maître : En effet, frère, en effet.

Disciple : Maître, votre ÊTRE est le Logos de Mars.  C’est bien ça ?

Maître : Assurément, frères, assurément…

Disciple : Maître, votre ÊTRE Réel est un Cosmocrator. Pas vrai ?

Maître : Oui, c’est un Cosmocrator.

Disciple : Maître, vous avez déjà récupéré votre Pierre Philosophale. C’est bien ça ?

Maître : En effet, frère, en effet !

Disciple : Alors, Maître, pourquoi cette femme vous donne-t-elle des ordres ?

Maître : Aaaahhh, mes frères !, il y a des choses dans ce chemin que, si je vous les expliquais, vous ne les comprendriez peut-être pas…..

En fait, cher lecteur, cette réponse nous a tous intrigués et aujourd’hui nous arrivons à comprendre tous les mystères qui sont renfermés dans le Grand Œuvre intérieur. Il y a donc de nombreux recoins dans la fabrication de la Pierre Philosophale et il nous faut être bien morts ─ psychologiquement parlant ─ pour pouvoir l’achever avec succès. Que celui qui a des oreilles entende et que celui qui a des yeux voie car ici il y a de la sagesse…..

Je m’apprête maintenant à vous offrir quelques phrases pour la réflexion :

« Le seul moyen pour l’homme de conserver sa liberté est d’être toujours prêt à mourir pour elle ».
Diogène

« La liberté est le plus grand bien ».
Ovide

« Il n’y a pas assez d’or pour acheter la liberté ».
Ésope

« Voici la dernière conclusion de la sagesse : seul celui qui doit les conquérir chaque jour mérite la liberté et la vie ».
Goethe

« La liberté est généralement vêtue de haillons, mais même ainsi elle est très belle, plus belle que toutes les livrées d’or et d’argent ».
Amado Nervo

JUCUNDI ACTI LABORES.
─‘Agréables sont les travaux faits’─.
KWEN KHAN KHU

*

code