Thésée et sa pierre philosophale

Thésée et sa pierre philosophale 850 480 V.M. Kwen Khan Khu

Chers amis et amies :

Je me permets de vous faire parvenir quelques mots sur de belles peintures ou huiles qui nous parlent de…

…THÉSÉE ET SA PIERRE PHILOSOPHALE

On y voit le demi-Dieu Thésée avec sa Mère ─ Divine ─ Éthra. Ces deux œuvres monumentales furent peintes dans les années 1635-1636 et elles se trouvent à présent au Musée du Louvre Abu Dhabi de Dubaï. On attribue cette toile à Laurent de La Hire ou La Hyre.

Dans la première de ces deux peintures, nous observons, avant tout, une vue de l’ancienne Grèce, chose que nous pouvons déduire en contemplant les édifices ou l’architecture qui entoure la scène centrale.

Dans la scène principale, nous pouvons observer le Thésée mythique en train de lutter pour lever sa Pierre ─ Philosophale ─, puisque celle-ci a une forme cubique. Sa Divine Mère est appuyée sur une partie de ce qui ressemble à des ruines desquelles seules deux colonnes sont restées debout, l’une d’elles coupée ou divisée. Ces ruines symbolisent le temple intérieur brisé de Thésée parce qu’on montre ici que le Bodhisattva était tombé. C’est pourquoi la Divine Mère du héros est en train de le diriger dans la tâche de ramasser sa Pierre Philosophale.

Il est bon de noter que sa Divine Dame, dans le premier tableau, est vêtue de vêtements qui ne dénotent pas la royauté divine, car Elle est elle-même le soufre mercuriel qui doit muter jusqu’à se transformer en feu pur. Un feu qui détruit ─ les agrégats psychologiques ─et qui construit─ la vie intérieure de l’Initié ─.Cependant, nous devons noter que l’habit principal de Stella Maris est blanc, car Elle est vierge avant, durant et après l’enfantement, c’est-à-dire Elle est immaculée…..

Nous notons que le héros de notre sujet est en train de faire un grand effort pour ramasser et lever sa Pierre bénie, car en vérité il n’est pas facile du tout de récupérer les feux et de ciseler ladite Pierre, elle-même une représentation de son Christ intime. Il est aussi important de signaler qu’une des deux colonnes qui appartiennent aux ruines du temple est comme entrelacée ou à moitié enveloppée par les branches d’un grand arbre. Cet arbre n’est autre que l’arbre de vie, l’arbre qui représente le Père, l’ÊTRE, car notre Monade divine ne nous abandonne jamais et elle est toujours prête à nous aider dans la tâche de récupérer nos valeurs éternelles.

Dans la deuxième partie de cette monumentale œuvre picturale, nous observons maintenant le héros Thésée vêtu d’un habit de couleur pourpre, pour indiquer que le Bodhisattva s’est levé et c’est pourquoi il est maintenant en mesure de terminer sa tâche titanesque.

Par opposition à la première toile ou peinture dont nous avons parlé plus tôt, dans celle-ci notre attention est attirée par le fait que l’arbre que nous avions auparavant vu comme presque sec ou mourant est maintenant verdoyant, car le travail alchimique et psychologique du Bodhisattva a permis que toutes les parties qui composent son arbre philosophique, c’est-à-dire son ÊTRE, aient réussi à s’intégrer. Il est également bon de souligner que le tronc de l’arbre cabalistique semble vouloir montrer deux de ses branches comme s’il s’agissait de deux mains miséricordieuses prêtes à lever son Essence humaine ou Bodhisattva qui le représente dans le monde des formes.

D’un côté de la Pierre des splendeurs nous pouvons voir le héros mythologique et de l’autre côté sa Divine Mère indiquant de son index la Pierre bénie. Elle, la Divine Mère Kundalini selon les hindous, est maintenant couverte d’un vêtement de couleur bleue pour allégoriser le firmament, sous lequel il y a un autre vêtement de couleur marron qui allégorise la terre ou monde tridimensionnel. Les chaussures de la Vierge Mère sont bleutées pour nous indiquer qu’Elle se déplace dans toutes les dimensions de l’univers grâce à son pouvoir prodigieux.

Le fait que dans les deux représentations picturales nous voyons l’Éternel Féminin avec les seins découverts est pour nous faire comprendre qu’Elle, notre divine séité féminine, est celle qui nous nourrit de son lait ou magnésium sacré quand nous travaillons dans le laboratoire du Troisième Logos ─ la suprasexualité ─.

Il s’avère intéressant de voir sous la pierre que nous pouvons observer dans la deuxième huile, des chaussures un peu détériorées. Cela symbolise LES MAUVAIS PASde la vie mondaine de Thésée quand il était tombé en disgrâce.

Il est également important de voir dans la première peinture une atmosphère brumeuse tandis que dans la deuxième toile on arrive à voir le soleil entre les nuages, indiquant par-là que le soleil, l’ÊTRE, commence à se dévoiler à l’âme repentie.

Notre révélation étant terminée, j’ai le plaisir maintenant de vous laisser quelques phrases pour votre réflexion :

« Si nous nous examinions de temps en temps, le résultat naturel de cet examen serait notre plus grande perfection ».
Montaigne

« Celui qui reconnaît consciemment ses limites est le plus proche de la perfection ».
Goethe

« Les hommes ne peuvent pas être plus parfaits que le soleil. Le Soleil brûle de la même lumière qu’il réchauffe. Le Soleil a des taches. Les ingrats ne parlent que des taches. Ceux qui sont reconnaissants parlent de la lumière ».
José Martí

« Mieux vaut le pauvre qui marche dans son intégrité, que celui qui a des voies tortueuses et qui est riche ».
Proverbe biblique

« Le feu éprouve l’or et les revers éprouvent l’homme courageux ».
Sénèque

SIC TRANSIT GLORIA MUNDI.
─‘Ainsi passe la gloire du monde’─.
KWEN KHAN KHU

*

code