La capacité de sentir la douleur d’autrui

La capacité de sentir la douleur d’autrui 850 480 V.M. Kwen Khan Khu

Très aimés amis et amies : 

Je veux vous faire parvenir quelques mots concernant :

LA CAPACITÉ DE SENTIR LA DOULEUR D’AUTRUI

Appréciés lecteurs et lectrices, on dit ou l’on commente beaucoup de choses sur la douleur dont souffrent nos semblables, proches ou non de nos vies. Tout le monde, mécaniquement, quand il est en présence de la douleur d’autrui se limite à répéter des phrases creuses que nous sortons de notre mental par le biais de l’association d’idées, et avec ce paquet de pensées nous faisons alors jaillir de nos lèvres des choses comme : « Oh, eh bien, je suis désolé ! », ou peut-être : « Quelle affaire… ! », ou cette autre : « Je regrette, je regrette, je regrette… ! ».  

Cependant, il s’avère très triste, à cause de l’état dans lequel nous sommes, d’être devant une personne qui est en train de traverser probablement une énorme tragédie dans son intérieur à cause de certains évènements qui sont arrivés dans sa vie, et que nous ne soyons pas capables de nous solidariser vraiment animiquement avec l’intéressé ou l’intéressée. Cela, bien que ça semble ne pas avoir de transcendance, ça en a et beaucoup, surtout quand il s’agit d’essayer de comprendre et d’assister ceux que nous appelons compagnons et compagnes du chemin…  

Il me vient à l’esprit une situation que j’ai pu connaître et qui a eu lieu dans l’un de ces groupes qui existaient par-là, dans les années soixante-dix, dans un pays nordique dans lequel la Gnose essayait de se faire une place. Une femme de ce groupe entra dans une dépression à cause de circonstances extrêmement douloureuses qu’elle vivait alors. Les autres membres de cette Association savaient ce qui se passait avec cette dame, tous le savaient. Cependant, aucun compagnon ni compagne ne daigna rendre visite à cette âme et personne ne lui téléphona non plus pour s’informer de son état moral ou animique.

Cette fille, à cause de son effondrement intérieur, commença à manquer aux activités de notre Association, mais le reste de nos membres continuèrent les activités comme si de rien n’était… Cette compagne ne manquait à personne.  Tout le monde était dans son petit monde personnel et cela leur suffisait.

Un jour parmi tant d’autres, les membres de cette Association reçurent la nouvelle fatidique qui leur apprenait à tous que cette femme s’était suicidée. Tous restèrent momentanément surpris, mais le pire et le plus curieux c’est que, au bout de quelques jours, immédiatement TOUT FUT OUBLIÉ comme si rien ne s’était passé. Comment est-il possible que cela arrive ? Et plus encore dans quelque chose que nous appelons supposément fraternité ?

Il était curieux, très curieux, de voir le reste des membres parler de ce qui s’était passé. Ils se limitaient seulement à répéter mécaniquement des phrases creuses et ABSOLUMENT DÉPOURVUES D’AMOUR ET DE COMPASSION. Le plus grave était de voir ces compagnons et compagnes paraphraser des phrases gnostiques qu’ils savaient, évidemment, par cœur, telles que : « Bon, elle a manqué de plus d’auto-observation ! Le MOI est ainsi, elle n’est pas arrivée à le découvrir ! ». Etc., etc., etc… Et personne ne s’est approché du foyer de la défunte pour tâcher de consoler ses proches, ce fut le comble.

Amis et amies, nous devons savoir que le chemin d’autoréalisation de notre ÊTRE implique, avant tout, de développer nos capacités humanistes solidaires, bien avant de penser à avoir ou ne pas avoir des INITIATIONS, DES SERPENTS, DES DEGRÉS, DES POUVOIRS, DES MONTAGNES et tout le long corrélat de choses mystiques que nous pouvons vivre à mesure que nous faisons notre pèlerinage… CELA DOIT ÊTRE TRÈS CLAIR dans notre psyché, car c’est la base pour obtenir un jour une VRAIE MAÎTRISE…

C’est la raison pour laquelle dans le Gnosticisme contemporain créé par notre béni Patriarche Samael Aun Weor, il y a eu une quantité énorme  de situations absurdes liées à des compagnons ou des compagnes qui étaient même dans le Chemin Secret. La Divine Mère et notre Père ne sont pas intéressés par les « Maîtres de pacotille », qui sont capables de faire des discours à un moment donné mais qui sont, dans la vie quotidienne, de simples hommes ou femmes de paille, insensibles et égoïstes au possible.

Ces choses, en dépit des apparences, appartiennent aussi à l’ÉVEIL DE NOTRE CONSCIENCE. Plus encore, je dois vous dire que PLUS LE POURCENTAGE DE VRAIE CONSCIENCE ÉVEILLÉE EST GRAND, PLUS GRANDE SERA LA DOULEUR QUE NOUS SENTIRONS concernant tout ce qui nous entoure dans cet infernal Kali-Yuga. Je ne suis pas, dans ces pages, en train de m’incliner pour louer ceux ou celles qui adorent chanter partout LEUR CHANSON PSYCHOLOGIQUE, non. Je ne me réfère pas à ce geste égolâtre de vouloir toujours être le centre d’attention des autres. Je me réfère au fait que nous avons besoin de comprendre la vraie nature de ce qu’on appelle AMOUR DANS TOUTE SON EXTENSION, ni plus ni moins…

J’ai connu des compagnons qui, ayant foulé une partie du Chemin Hermétique, ont perdu à un moment donné leur Père ou leur mère et quand je leur ai posé des questions au sujet de ces êtres chers, ils m’ont répondu : « Ahhh, mon Père est maintenant passé à un autre type de vie ! », « Oui, ma mère est morte, pourvu qu’ils l’aident ! », et c’est tout. Ils m’ont répondu SÈCHEMENT tel que je vous le dis… Cependant, ces compagnons se sentent TRÈS ÉLEVÉS, TRÈS TRANSCENDÉS et j’ai préféré ne pas entrer en controverse avec eux.

Chers lecteurs/trices, nous devons être strictement attentifs à croître de manière intégrale. La vraie croissance animique doit tenir compte de tous ces détails, sinon un jour nous arriverons à avoir, peut-être, UNE PIERRE PHILOSOPHALE défectueuse que nous perdrons évidemment à un autre moment faute d’UNE BASE SOLIDE concernant toutes ces choses que nous venons de commenter. Il est indispensable de développer LES FEUX DU CŒUR, et cela ne s’obtient pas uniquement avec des alchimies, mais à l’aide de la MORT DE NOTRE ÉGOÏSME et de profondes réflexions réalisées.

Ce qui caractérise UNE PIERRE PHILOSOPHALE ROBUSTE c’est, justement, que tous ses angles aient été polis, et cela signifie avoir voulu traverser, volontairement, de PROFONDES CRISES MORALES au moyen desquelles pourrissent et disparaissent toutes les MANIES ET ATTITUDES MÉCANIQUES que nous avons construites au cours de nos existences à l’aide du MÉCHANT EGO ANIMAL.

Dans plusieurs de ses œuvres, le V.M. Samael nous dit : « Vous voulez aider un couple qui est sur le point de rompre ? Travaillez ce couple avec les forces élémentales du grenadier ! C’est ainsi que vous vous approcherez de la nature du Père !!! ».

Et pourquoi le Maître Samael nous commente-t-il ces choses-là ? Eh bien justement parce que NOUS AVONS BESOIN DE DÉVELOPPER L’AMOUR POUR POUVOIR VIVRE LE CHEMIN ET POUVOIR ÊTRE ASSISTÉS PAR LES DYNASTIES SOLAIRES ! Que celui qui a de l’entendement comprenne, car ici il y a de la sagesse !

Je termine, cher lecteur, en ajoutant à ce message quelques phrases opportunes :

« Subis avec patience pour Dieu pauvreté, maladie, travaux et affronts, et tu seras récompensé ».
Sainte Thérèse d’Avila

« On ne guérit d’une souffrance qu’à condition de l’éprouver ».
Marcel Proust

« Plus on aime, plus on souffre. La somme des douleurs possibles pour chaque âme est proportionnelle à son degré de perfection ».
Amiel

« Quand l’homme aime vraiment, sa passion pénètre tout et est capable de transpercer la terre ».
Rubén Darío

« L’amour est le grand refuge de l’homme contre la solitude ; l’immense solitude que lui ont imposée la nature, l’espèce, les lois éternelles ».
Henri Bataille

TV NE CEDE MALIS.
─‘Ne cède pas aux erreurs’─.

Votre frère,
KWEN KHAN KHU

*

code