Les cinq régions des mondes infernaux

Les cinq régions des mondes infernaux 850 480 V.M. Kwen Khan Khu

Très aimés amis et amies :

Je m’empresse de vous écrire, patients lecteurs, pour vous faire parvenir un commentaire remis fort à propos par notre Avatar dans l’une de ses conférences contenues dans Le Cinquième Évangile. Le Vénérable Maître nous y décrit minutieusement comment sont, assurément, les expériences que subissent les âmes dans les cercles involutifs de notre planète quand leur INVOLUTION leur est arrivée.

Votre serviteur donne un témoignage absolu que ces vérités exprimées par notre Avatar sont absolument certaines, car mon Être Réel m’a permis d’aller dans ces régions-là et elles sont telles que les décrit notre béni Gourou.

Sans tarder, je vous laisse avec les mots de l’Éminent :

LES CINQ RÉGIONS DES MONDES INFERNAUX

« Il y a cent huit existences, et l’arbre qui ne donne pas de fruit est coupé et jeté au feu. Entrer dans les Mondes Infernaux, mes chers frères, n’a rien d’agréable. La première zone sous l’épiderme de la terre est très semblable à la vie ici, à la surface. Dans cette première zone, nous avons des gens habillés dans le genre d’ici : des commerçants, des marchés, des cabarets, des cafés, les gens habillés de la même manière.

Dans la deuxième zone on voit déjà des mages noirs avec leurs tuniques rouges, noires ; des magiciennes noires vêtues de leurs habits avec des dragons malveillants, leurs turbans rouges ; des temples de magie noire, etc. ; des princes des ténèbres, c’est-à-dire, de grands seigneurs comme Bael, Baal, eux tous.

Dans la troisième zone le mal grandit, on voit des choses horribles.

Là, dans la quatrième ou cinquième zone, on voit déjà des êtres antihumains transformés en bêtes, des chevaux avec des cornes comme la licorne, en chiens gigantesques avec des cornes, des figures animalesques de tout type. Ils sont entrés en état d’involution animale.

Après, à partir de la cinquième zone, on commence à voir déjà ceux qui furent humains ici – ou du moins humanoïdes – transformés en quelque chose de semblable aux plantes. Ils ressemblent à des ombres qui traversent les murs de ces manoirs de la Loge Noire, des ombres qui se glissent comme des branches, etc. On récapitule le processus végétal.

Ensuite, une fois dans le noyau vivant de la Terre, dans tout le centre de la planète Terre, nous pouvons percevoir les perdus transformés en pierre.

Une fois je suis resté à l’intérieur de notre organisme planétaire à investiguer durant des heures entières, me déplaçant en astral dans ce noyau vivant de la planète Terre. Ce fut épouvantable, une atmosphère lourde. Là, quelques sorcières de l’Averne passèrent près de moi, elles entrèrent dans une horrible cuisine pour préparer leurs potions, encore soucieuses, dans ces régions, de faire le mal. J’eus l’idée d’entrer dans le taudis de mauvais augure que je trouvai là et je vis, sur un lit de plaisir, une prostituée qui se désintégrait lentement, peu à peu : elle forniquait, elle cohabitait avec toute larve qui passait par ces lieux-là, et elle fondait – rendez-vous compte– comme une bougie, lentement, perdant les mains, les bras et les pieds peu à peu. Soudain, je vis une pierre avec une sorte de tête qui bougeait. J’ai dit quelque chose et cette tête se limita à répéter ce que j’ai dit ; j’ai dit autre chose et la tête répéta ; et tout ce que je disais, cette tête le répétait. C’était quelqu’un qui avait été un terrible mage noir et maintenant il était fossilisé, en processus de désintégration. Je restai des heures entières dans ces régions-là, investiguant. Les perdus deviennent poussière, et souffrent horriblement parce que le temps est exagérément long. Là, les minutes semblent des siècles, un temps de roche insupportable. Beaucoup demandent la mort, et elle tarde à venir. Heureux ceux qui meurent là, car à la fin ils sortent à la lumière du soleil. Mais ceux qui ne meurent pas encore, ceux qui doivent attendre, supplient pour la mort, la demandent, c’est là leur douleur. Cependant, à la fin ils meurent aussi.​​​​​​​​​​​

Tous, absolument tous les perdus, nous les voyons dans un processus de détérioration, de type involutif, de région en région à travers les neuf cercles jusqu’à arriver, enfin, à la cité de Dité, comme on le dit symboliquement dans La divine comédie, c’est-à-dire jusqu’au noyau même de la Terre, jusqu’à son centre de stabilité. Ils descendent selon la loi de la gravité des mondes, selon la loi de la chute. Et si l’on observe attentivement ce centre de stabilité, on voit comment toutes les forces cosmiques convergent là, car à l’intérieur de ce même noyau, dans une certaine zone atomique supérieure, on rencontre déjà les Devas qui l’attendent. Quand quelqu’un est passé par la Seconde Mort, quand l’Essence s’est libérée, quand l’Ego est devenu poussière, alors cette Essence est examinée par les Devas et s’ils la voient réellement pure, cette Essence sort par ces portes atomiques jusqu’à la lumière du soleil, vers la surface. C’est-à-dire, là se conjuguent, dans ce centre de stabilité, les choses de type involutif et celles de l’Esprit. On atteint là la Seconde Mort qui nous donne l’accès à une nouvelle évolution, là on obtient la pureté originelle. Ce serait le maximum de la descente et, précisément là, à ce point maximum, l’évolution recommence ».  

Le Cinquième Évangile, tome II.

Conférence « Répercussions animiques de la Loi de la Chute », pages 317,318.

Je vous laisse maintenant quelques phrases sur lesquelles réfléchir :

« Si la chasteté n’était pas une vertu, cependant, ce serait assurément une force ».
Jules Renard

« Qui crache au ciel lui retombe sur le dos ».
Juan de Torres

« Travaille à prévenir les délits pour ne pas avoir besoin de châtiments ».
Confucius

« Le châtiment entre dans le cœur de l’homme dès qu’il commet le crime ».
Hésiode

« Et la poussière retourne à la terre, selon ce qu’elle était, et l’esprit retourne à Dieu, qui l’a donné ».
La Bible

TV NE CEDE MALIS.
─‘Ne cède pas aux erreurs’─.
KWEN KHAN KHU

*

code