Les Sept Églises

Les Sept Églises 850 480 V.M. Samael Aun Weor

L’homme est un trio de Corps, Âme et Esprit. Entre l’Esprit et le corps, il existe un médiateur. C’est l’Âme. 

Nous, les Gnostiques, nous savons que l’Âme est vêtue d’un vêtement merveilleux. C’est le corps astral. Nous savons déjà, grâce à nos études gnostiques, que l’Astral est un double organisme doté de merveilleux sens internes. 

Les grands clairvoyants nous parlent des sept chakras et Monsieur Leadbeater les décrit avec un luxe de détails. Ces chakras sont, réellement, les sens du corps astral. Ces centres magnétiques sont en intime relation avec les glandes à sécrétion interne. 

Dans le laboratoire de l’organisme humain, il existe sept ingrédients soumis à un triple contrôle nerveux. Les nerfs, en tant qu’agents de la Loi du Triangle, contrôlent le Septénaire glandulaire. Les trois différents contrôles nerveux qui interagissent entre eux sont les suivants : premièrement, le système nerveux cérébro-spinal, agent des fonctions conscientes ; deuxièmement, le système nerveux grand-sympathique, agent des fonctions subconscientes, inconscientes et instinctives ; troisièmement, le système parasympathique ou système vague, qui collabore en freinant les fonctions instinctives, sous la direction du Mental. 

Le système cérébro-spinal est le trône de l’Esprit divin. Le système grand-sympathique est le véhicule de l’Astral. Le système vague ou parasympathique obéit aux ordres du Mental. Trois rayons et sept centres magnétiques sont la base de n’importe quel Cosmos, tant dans l’infiniment grand que dans l’infiniment petit : « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». 

Les sept glandes les plus importantes de l’organisme humain constituent les sept laboratoires contrôlés par la Loi du Triangle. Chacune de ces glandes a sa correspondance dans un chakra de l’organisme. Chacun des sept chakras est en relation avec les Sept Églises de la moelle épinière. Les Sept Églises de l’épine dorsale contrôlent les sept chakras du système nerveux grand-sympathique. 

Les Sept Églises entrent en intense activité avec l’ascension de la KUNDALINI le long du canal médullaire. La Kundalini demeure dans les électrons. Les Sages méditent sur elle, les dévots l’adorent et dans les foyers où règne le Mariage Parfait, on travaille avec elle de façon pratique. 

La Kundalini est le Feu Solaire enfermé dans les atomes séminaux, la substance électronique ardente du Soleil, qui, quand elle est libérée, nous transforme en Dieux terriblement divins. 

Les feux du cœur contrôlent l’ascension de la Kundalini par le canal médullaire. La Kundalini se développe, évolue et progresse en accord avec les mérites du cœur. La Kundalini est l’énergie primordiale, enfermée dans l’Église d’Éphèse. Cette Église se trouve à deux doigts au-dessus de l’anus et à deux doigts en-dessous des organes génitaux. 

Le divin Serpent de Feu est endormi à l’intérieur de son Église, enroulé trois fois et demi sur lui-même. Quand les atomes solaires et lunaires entrent en contact dans le TRIVÉNI, près du coccyx, s’éveille alors la Kundalini, le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques. Au fur et à mesure que le Serpent monte par le canal médullaire, il met en activité chacune des Sept Églises. 

Les chakras des gonades – les glandes sexuelles – sont dirigés par Uranus et la glande pinéale, située dans la partie supérieure du cerveau, est contrôlée par Neptune. Il y a une intime corrélation entre cette paire de glandes, et la Kundalini doit les connecter avec le Feu Sacré pour obtenir la Réalisation complète. L’Église d’Éphèse est un lotus à quatre pétales resplendissants. Cette Église a l’éclat de dix millions de soleils. La terre élémentale des Sages est conquise avec le pouvoir de cette Église. 

L’ascension de la Kundalini dans la région de la prostate met en activité les six pétales de l’Église de Smyrne. Cette Église nous confère le pouvoir de dominer les eaux élémentales de la vie et le bonheur de créer. 

Quand le Serpent Sacré arrive à la région du nombril, nous pouvons dominer les volcans, parce que le feu élémental des Sages correspond à l’Église de Pergame, située dans le plexus solaire. Ce centre contrôle la rate, le foie, le pancréas, etc. 

Ce centre de Pergame a dix pétales. Avec l’ascension de la Kundalini dans la région du cœur, l’Église de Thyatire, avec ses douze pétales merveilleux, entre en activité. Cette Église nous confère le pouvoir sur l’air élémental des Sages. Le développement de ce centre cardiaque confère l’inspiration, le pressentiment, l’intuition et les pouvoirs pour sortir consciemment en corps astral, de même que les pouvoirs de mettre notre corps en état de Jinas. 

Le chapitre deux de l’Apocalypse traite des Quatre Églises inférieures de notre organisme. Celles-ci sont les quatre centres connus comme étant le Fondamental ou Basique, le Prostatique, l’Ombilical et le Cardiaque. Maintenant, nous allons étudier les trois centres magnétiques supérieurs cités par l’Apocalypse dans le troisième chapitre. Ces trois Églises supérieures sont : l’Église de Sardes, l’Église de Philadelphie et enfin, l’Église de Laodicée. 

L’ascension de la Kundalini dans la région du larynx créateur nous confère le pouvoir d’entendre les voix des êtres qui vivent dans les Mondes Supérieurs. Ce chakra est en relation avec l’Âkâsha pur. L’Âkâsha est l’Agent du son. Le chakra laryngien est l’Église de Sardes. Quand la Kundalini ouvre l’Église de Sardes, fleurit alors, sur nos lèvres fécondes, le verbe qui s’est fait chair. Le chakra laryngien a seize beaux pétales. 

Le développement complet de ce centre âkâshique nous permet de conserver notre corps vivant même durant les nuits profondes du grand Pralaya. L’incarnation du Grand Verbe est impossible tant qu’on n’a pas éveillé le Serpent Sacré. L’agent du Verbe est, précisément, l’Âkâsha. Celui-ci est au Verbe ce que les fils conducteurs sont à l’électricité. Le Verbe a besoin de l’Âkâsha pour sa manifestation. 

L’Âkâsha est l’Agent du son. La Kundalini est l’Âkâsha. L’Âkâsha est sexuel. La Kundalini est sexuelle. Le centre magnétique où vit normalement la Kundalini est absolument sexuel, comme le démontre le fait concret de l’endroit où il est situé : à deux doigts au-dessus de l’anus et à deux doigts au-dessous les organes génitaux. – L’espace où il est situé est large de quatre doigts –. C’est seulement avec la Magie Sexuelle qu’il est possible d’éveiller la Kundalini et de la développer totalement. C’est ce qui ne plaît pas aux infrasexuels. Ils se sentent eux-mêmes super importants et ils haïssent mortellement la Magie Sexuelle. 

Une fois, après avoir écouté une conférence que nous donnions sur la Magie Sexuelle, quelqu’un protesta en disant que c’était comme ça que nous, les Gnostiques, nous corrompions les femmes. Cet individu était un infrasexuel. L’homme a protesté parce que nous enseignions la science de la Régénération, mais, en revanche, il n’a pas protesté contre le sexe intermédiaire, ni contre les prostituées, ni contre le vice de la masturbation et n’a pas dit que ces personnes étaient corrompues. Il a protesté contre la doctrine de la Régénération mais non contre la doctrine de la dégénérescence. Voilà comment sont les infrasexuels. Ils se sentent immensément supérieurs à toutes les personnes de sexualité normale. Ils protestent contre la Régénération, mais ils défendent la dégénérescence. 

Les infrasexuels ne peuvent jamais incarner le Verbe. Ils crachent sur le sanctuaire sacré du Sexe et la loi les châtie en les précipitant à l’Abîme pour toujours. Le Sexe est le Sanctuaire de l’Esprit Saint. 

Quand la Kundalini arrive à la hauteur de l’espace entre les sourcils, l’Église de Philadelphie s’ouvre. C’est l’Œil de la Sagesse. Dans ce centre magnétique se trouve le « Père qui est en secret ». Le chakra de l’entre-sourcils a deux pétales fondamentaux et de nombreuses radiations resplendissantes. Ce centre est le trône du Mental. C’est le centre de la clairvoyance. Aucun véritable clairvoyant ne dit qu’il en est un. Aucun véritable clairvoyant ne dit : « Moi, j’ai vu ». Le clairvoyant initié dit : « Nous considérons que ». 

Tout clairvoyant a besoin d’initiation. Le clairvoyant sans initiation risque de tomber dans de très graves erreurs. Le clairvoyant qui vit en racontant ses visions à tout le monde risque de perdre sa faculté. Le clairvoyant bavard peut aussi perdre son équilibre mental. Le clairvoyant doit être discret, humble, modeste. Le clairvoyant doit être comme un enfant. 

Quand la Kundalini parvient à la hauteur de la glande pinéale, l’Église de Laodicée s’ouvre. Cette fleur de lotus a mille pétales resplendissants. La glande pinéale est influencée par Neptune. Quand cette Église s’ouvre, nous recevons la polyvoyance, l’intuition, etc. 

La glande pinéale est en relation intime avec les chakras des gonades ou glandes sexuelles. À plus grand degré de puissance sexuelle, plus grand degré de développement de la glande pinéale. À moindre degré de puissance sexuelle, moindre degré de développement de la glande pinéale. URANUS, dans les organes sexuels, et NEPTUNE, dans la glande pinéale, s’unissent pour nous conduire à la Réalisation totale. 

Dans les écoles de Régénération – que les infrasexuels détestent mortellement –, on nous enseigne à travailler de façon pratique avec la science d’Uranus et de Neptune. 

Le chemin TAU comporte trois chemins, et il constitue le quatrième. On a dit beaucoup de choses sur les Quatre Chemins. Nous, les Gnostiques, nous parcourons le quatrième chemin en pleine conscience. Durant l’acte sexuel, nous transmutons les instincts brutaux du corps physique en volonté, les émotions passionnelles de l’Astral en amour, les impulsions mentales en compréhension ; et nous, en tant qu’esprits, nous réalisons le Grand Œuvre. C’est ainsi que nous parcourons, dans la pratique, les Quatre Chemins. Nous n’avons pas besoin de devenir des fakirs pour le premier sentier, ni des moines pour le second, ni des érudits pour le troisième. Le sentier du Mariage Parfait nous permet de parcourir les quatre sentiers pendant l’acte sexuel lui-même. 

L’Apocalypse, dans les sept premiers versets du deuxième chapitre, parle du centre coccygien. Dans ce centre se trouve l’Église d’Éphèse. Dans ce centre créateur, le Serpent Igné se trouve enroulé trois fois et demie. Celui qui l’éveille et le fait monter par la moelle épinière reçoit l’Épée Flammigère et il entre alors dans l’Éden. 

Dans le Serpent, se trouve la Rédemption de l’homme, mais nous devons être en garde contre l’astuce du Serpent. On doit contempler le fruit défendu et respirer son arôme, mais rappelez-vous ce qu’a dit le Seigneur Jéhovah : « Si vous mangez de ce fruit, vous mourrez ». Nous devons jouir du bonheur de l’amour et adorer la femme. Un beau tableau nous ravit, un beau morceau de musique nous mène à l’extase mais une femme belle et adorable nous donne envie de la posséder dans l’acte. Elle est la vive représentation du Dieu-Mère. L’acte sexuel avec l’adorée a ses délices indiscutables. La jouissance sexuelle est un droit légitime de l’homme. Jouissez du bonheur de l’amour, mais ne répandez pas le semen ; ne commettez pas de sacrilège ; ne soyez pas fornicateur. La chasteté nous transforme en Dieux, la fornication nous transforme en Démons.

Krumm-Heller a dit : 

« Les Séthiens adoraient la Grande Lumière et ils disaient que le Soleil, dans ses émanations, forme un nid en nous et constitue le Serpent. » 

Les Naasséniens disaient : 

« Vous serez tous des Dieux si vous sortez d’Égypte et passez la Mer Rouge. » 

Krumm-Heller nous raconte, dans son Église Gnostique, que cette secte gnostique avait, comme objet sacré, un Calice dans lequel ils prenaient le semen de Benjamin ; celui-ci, d’après Huiracocha, était un mélange de vin et d’eau. Le Grand Maître Krumm-Heller dit que le symbole sacré du Serpent Sexuel ne manquait jamais sur les autels des Naasséniens. Réellement, « la force, le pouvoir qui accompagna Moïse, était le Serpent sur le Bâton, qui s’est ensuite transformé en ce même Bâton. Ce fut assurément ce Serpent qui parla aux autres serpents, et c’est celui-là qui tenta Ève ». 

Le Sage Huiracocha, dans un autre passage de son œuvre immortelle intitulée L’Église Gnostique, dit encore : 

« Moïse dans le désert a montré à son peuple le Serpent sur le Bâton et lui a dit que celui qui profiterait de ce Serpent ne subirait aucun mal durant le voyage. » 

Tout le pouvoir merveilleux de Moïse résidait entièrement dans le Serpent Sacré de la Kundalini. Moïse a beaucoup pratiqué la Magie Sexuelle pour lever le Serpent sur le Bâton. Moïse avait une femme. 

Dans la nuit effroyable des siècles passés, les sublimes et austères Hiérophantes des Grands Mystères furent les gardiens jaloux du Grand Arcane. Les grands Prêtres avaient juré silence et la clé de l’Arche de la Science était cachée aux yeux du peuple. Seuls les grands Prêtres connaissaient et pratiquaient la Magie Sexuelle. La Sagesse du Serpent est la base des Grands Mystères. Elle était cultivée dans les écoles des Mystères d’Égypte de Grèce, de Rome, d’Inde, de Perse, de Troie, du Mexique aztèque et du Pérou inca etc., etc. 

Krumm-Heller nous raconte que dans le chant d’Homère à Déméter, trouvé dans une bibliothèque russe, on voit que tout tournait autour d’un fait physiologique-cosmique d’une grande transcendance. Dans le chant archaïque de cet Homme-Dieu qui chantait la vieille Troie et la colère d’Achille, on voit clairement que la Magie Sexuelle servait de pierre angulaire au Grand Temple d’Éleusis. 

Les « danses dénudées », la musique délicieuse du Temple, le baiser qui enivrait, le charme mystérieux de l’acte secret faisait d’Éleusis un paradis de Dieux et de Déesses adorables. Personne alors ne pensait à des « cochonneries » mais à des choses saintes et sublimes. Il ne serait venu à l’idée de personne de profaner le Temple. Les couples savaient se retirer à temps pour éviter de répandre le Vin Sacré. 

En Égypte, OSIRIS, le Principe Masculin, apparaît face à ISIS, l’éternel et adorable Principe Féminin. Dans ce pays ensoleillé de Kem, le Seigneur de toute perfection a aussi travaillé avec le Grand Arcane A.Z.F., précisément quand il se trouvait dans sa période de préparation initiatique avant le début de sa mission. C’est ce qui est écrit dans les mémoires de la Nature. 

En Phénicie, Hercule et Dagon s’aimaient intensément ; dans l’Attique, c’était Pluton et Perséphone ; mais comme dit le docteur Arnold Krumm-Heller, entre-eux, ils parlaient clairement du phallus et de l’utérus : c’est le Lingam-Yoni des Mystères Grecs. 

Les grands prêtres d’Égypte, vieux héritiers de la Sagesse archaïque que cultivaient les Atlantes, représentaient le grand Dieu IBIS-THOT avec le membre viril en état d’érection et Krumm-Heller raconte que, sur ce phallus en érection d’Ibis-Thot, on avait écrit une phrase qui disait : « Dispensateur de la Raison ». À côté de l’inscription resplendissait glorieusement une fleur de lotus. 

Les vieux Sages de l’Égypte sacrée ont gravé sur leurs murs millénaires le symbole divin du Serpent Sexuel. 

Le secret de la Magie Sexuelle ne pouvait pas se communiquer. C’est le Grand Arcane. Les malheureux qui divulguaient l’indicible secret étaient condamnés à la peine de mort. On les conduisait dans une cour pavée et, devant un mur millénaire couvert de peaux de crocodile et de hiéroglyphes indéchiffrables, on leur coupait la tête, on leur arrachait le cœur et leurs cendres maudites étaient jetées aux quatre vents. 

Il nous revient à présent en mémoire, Cazotte, le grand poète français mort guillotiné pendant la Révolution Française. Cet homme prophétisa, lors d’un banquet célèbre, sa propre mort et le sort fatal qui attendait un certain groupe de nobles Initiés qui projetaient de divulguer le Grand Arcane. Aux uns, il prophétisa la guillotine, aux autres, le poignard, le poison, la prison et l’exil. Ses prophéties s’accomplirent avec une exactitude absolue. 

Au Moyen Âge, quiconque divulguait le Grand Arcane mourait mystérieusement, soit par les tuniques de Nessus, soit par des savons empoisonnés qui arrivaient comme cadeaux d’anniversaire à la porte du condamné, soit par des bouquets de fleurs parfumés ou par le poignard. 

Le Grand Arcane est la clé de tous les pouvoirs, la clé de tous les empires. Les pouvoirs de la Nature se déchaînent contre les audacieux qui essaient de la dominer. Les grands Hiérophantes cachent leur secret et les Rois divins ne livrent à aucun mortel la clé secrète de leur pouvoir. Malheur au mortel qui, après avoir reçu le secret de la Magie Sexuelle, ne sait pas en profiter. Il aurait mieux valu pour lui ne pas être né, ou s’accrocher au cou une pierre de moulin et se jeter au fond de la mer. 

La nature n’est pas intéressée par la RÉALISATION COSMIQUE DE L’HOMME et cela est même contraire à ses propres intérêts. C’est la raison pour laquelle elle s’oppose de toutes ses forces à l’audacieux qui veut la dominer. 

C’est le moment opportun de se souvenir d’une anecdote curieuse : une fois, un pauvre douanier se promenait sur une plage, au bord de la mer. Soudain, quelque chose attira son attention. Il vit, dans le sable fouetté par les vagues furieuses de la mer des Caraïbes, un objet en cuir. L’homme s’approcha et, à sa grande surprise, il découvrit une petite valise ou mallette de cuir noir. Il se rendit aussitôt à la commanderie du port et remit l’objet à son supérieur. Sa mission accomplie, il rentra chez lui. Lorsque le matin suivant, il retourna à son travail, l’officier supérieur, en proie à une grande colère, lui donna une pièce de vingt centimes en lui disant : « Imbécile ! C’est tout ce que tu mérites ! Prends cette pièce et va te pendre ; tu ne mérites pas de vivre. Achète une corde avec ces vingt centimes et pends-toi au premier arbre. La chance s’est présentée à toi, et tu l’as méprisée. Dans la valise ou mallette que tu m’as remise, il y avait près d’un million de dollars. Va-t’en d’ici ! Sors d’ici, idiot ! Tu ne mérites pas de vivre ». 

Voilà, réellement, le sort fatal qui attend ceux qui ne savent pas profiter du très précieux trésor du Grand Arcane. Ils ne méritent pas de vivre. Jamais de la vie, on n’avait enseigné le Grand Arcane de la Magie Sexuelle et voici qu’aujourd’hui nous le divulguons. Malheur à ceux qui, après avoir rencontré sur leur chemin le Trésor des Rois le dédaignent, comme le douanier de notre histoire ! Le trésor du Grand Arcane vaut plus encore que la fortune trouvée par l’employé des douanes. Mépriser cela, c’est être vraiment un imbécile. 

Pour éveiller la Kundalini, on a besoin de la femme. Cependant, nous devons avertir l’Initié qu’il ne doit pratiquer la Magie Sexuelle qu’avec une seule femme. Ceux qui pratiquent la Magie Sexuelle avec différentes femmes commettent le délit d’adultère. Ils ne progresseront pas dans ces études. Malheureusement, il existe certains individus qui utilisent la Magie Sexuelle comme prétexte pour séduire des femmes. Ce sont des profanateurs du Temple. Les hommes de cette espèce tombent inévitablement dans la Magie Noire. Nous avertissons les femmes de faire très attention à ces personnages pervers de la sexualité. 

Il existe aussi beaucoup de femmes qui, sous prétexte soi-disant de se réaliser à fond, s’unissent avec n’importe quel homme. Ce que veulent ces femmes passionnelles, c’est assouvir leurs désirs charnels. Le monde restera toujours le monde et depuis que nous avons divulgué le Grand Arcane, sont apparus, comme il fallait s’y attendre, les pourceaux qui foulent aux pieds la Doctrine, puis meurent empoisonnés par le Pain de la Sagesse. Le culte de la Magie Sexuelle ne peut être pratiqué qu’entre mari et femme. Nous le précisons pour éviter les séductions et rapts charnels, de même que la sainte luxure passionnelle. 

La force sexuelle est une arme terrible. Les scientifiques n’ont pas pu expliquer l’origine de l’électricité. Nous affirmons que nous devons chercher la cause de l’énergie électrique dans la force sexuelle universelle. Cette force ne réside pas seulement dans les organes sexuels, mais aussi dans tous les atomes et électrons de l’Univers. La lumière du Soleil est un produit de la Sexualité. Un atome d’Hydrogène s’unit sexuellement avec un atome de carbone pour produire la lumière solaire. L’Hydrogène est masculin ; le Carbone est féminin. De l’union sexuelle des deux résulte la lumière solaire. Les études sur les processus du Carbone s’avèrent très intéressantes. Ces processus sont la gestation de la lumière. 

La Causa Causorum de l’électricité doit être recherchée dans le Feu Serpentin Universel. Ce feu demeure dans les électrons. Les Sages méditent sur lui ; les mystiques l’adorent et ceux qui suivent le sentier du Mariage Parfait travaillent de façon pratique avec lui. 

La force sexuelle, entre les mains des Mages Blancs et des Mages Noirs, est une arme terrible. La pensée attire à l’épine dorsale le fluide sexuel pour le déposer dans sa propre bourse. Avec l’écoulement fatal de ce fluide, des milliards d’atomes solaires se perdent. Le mouvement de contraction sexuelle qui suit l’émission du semen provoque l’absorption, dans les enfers atomiques de l’homme, de milliards d’atomes sataniques qui remplacent les atomes solaires perdus. C’est ainsi que nous formons le Diable en nous. 

Quand nous réfrénons l’impulsion sexuelle en nous, alors le fluide merveilleux retourne au corps astral en multipliant ses ineffables splendeurs. C’est ainsi que nous formons le Christ en nous. Ainsi donc, avec l’énergie sexuelle, nous pouvons former, à l’intérieur de nous, le Christ ou le Diable. 

Le Grand Maître, en sa qualité de Christ Cosmique incarné, a dit : 

« Je suis le Pain de Vie ; Je suis le Pain vivant. Si quelqu’un mange de ce Pain, il vivra éternellement. Celui qui mange ma Chair et boit mon Sang aura la Vie Eternelle et Je le ressusciterai », « Celui qui mange ma Chair et boit mon Sang demeure en Moi, et Moi en lui. » 

Le Christ est l’Âme Solaire, l’Esprit vivant du Soleil. Celui-ci, avec sa vie, fait croître l’épi de blé et dans le grain, dans la semence, est déposée toute la puissance du Logos Solaire. Dans toute semence végétale, animale ou humaine se trouve enfermée, comme dans un étui précieux, la substance Christonique du Logos Solaire. 

En faisant retourner l’énergie créatrice vers l’intérieur et vers le haut, il germe, il naît à l’intérieur de nous, un enfant merveilleux, un corps astral Christifié. Ce véhicule nous confère l’Immortalité. C’est notre Chrestos médiateur. Avec ce véhicule, nous parvenons au Père qui est en secret. « Nul ne va au Père sans passer par Moi », a dit le Seigneur de Toute Perfection. 

Le fantôme astral, que possèdent les mortels, n’est rien d’autre qu’une ébauche d’homme. Il n’a même pas d’unité. Cette figure fantomatique est un antre de démons et d’oiseaux de toutes sortes sales et détestables. À l’intérieur de ce fantôme astral vit le Moi – le Diable –. Celui-ci est une Légion Infernale. Le Moi est Légion : de même qu’un corps se compose de beaucoup d’atomes, le Moi se compose de millions de petits Mois, d’intelligences diaboliques, de répugnants démons qui se battent entre eux. Quand une personne meurt, elle devient cela : « Légion ». La personne, en elle-même, devient poussière. La seule à rester vivante est cette Légion de Mois. 

Les clairvoyants rencontrent généralement les désincarnés vêtus de diverses manières et simultanément dans différents endroits. La personne semble être devenue plusieurs personnes. Elle est Légion. Cependant, quand nous avons fait naître en nous un corps astral Christique, nous continuons après la mort à vivre dans ce corps sidéral. Nous sommes alors réellement immortels. 

Les personnes de cette sorte qui possèdent un corps astral christifié se retrouvent, après la mort, avec la Conscience éveillée. Les désincarnés communs et ordinaires vivent, après la mort, avec la Conscience endormie. La mort est réellement le retour à la conception fœtale. La mort est le retour à la semence. Quiconque meurt retourne au ventre maternel totalement inconscient, endormi. 

Les gens n’ont même pas l’Âme incarnée. L’Âme des personnes est désincarnée. Les personnes n’ont seulement incarné qu’un Embryon d’Âme. Les gens pervers n’ont même pas cet Embryon d’Âme. C’est seulement en possédant un corps astral christifié que nous pouvons incarner l’Âme. Les gens communs et ordinaires ne sont rien d’autre que des véhicules du Moi. Le nom de chaque mortel est Légion. 

C’est seulement avec la Magie Sexuelle que nous pouvons faire naître à l’intérieur de nous l’Astral Christique. La tentation est Feu, le triomphe sur la tentation est Lumière. 

Le désir refréné fera monter le liquide astral vers le haut, jusqu’à la glande pinéale et c’est ainsi que naîtra en nous l’Adam-Christ, le Surhomme. 

Le Mariage Parfait, chapitre VII 
Samael Aun Weor